La maison en bois, pas du tout comme le conte des 'trois petits cochons'

Le salon 'Bois et habitat' fête ses vingt ans cette année. En vingt ans, les maisons à ossature bois ont trouvé progressivement leur public puisqu'aujourd'hui à peu près 10% des Belges choisissent cette technique constructive. Au pays de la brique, le bois longtemps considéré comme inflammable, instable, peu solide et coûteux ne fait désormais plus peur.

La maison de la famille Dessart cache bien son jeu. Nichée au pied de l’église d’Assesse, elle a toutes les apparences d’une maison en brique. En réalité, c’est une maison à structure bois. Elle s'est construite en quelques semaines à peine, il y a un peu plus de dix ans.

Briques à l'extérieur pour des raisons d'urbanisme, plafonnage à l'intérieur, pas facile d'encore y déceler l'ossature bois sauf lorsque l’on monte au grenier. Là, les poutres de construction y sont toujours apparentes. En fait, si la famille Dessart a choisi de se construire une maison en bois, ce n'est pas tellement pour la montrer mais plutôt pour bénéficier de sa bonne isolation. La maison est entièrement chauffée grâce à une cassette à bois logée dans le salon. Sa cheminée diffuse une chaleur généreuse dans tout le reste de la maison. Une chaleur sèche caractéristique de l’habitat bois. Parallèlement, un système de circulation à double flux permet d'assurer le renouvellement d'air.

Une facture de chauffage qui diminue

Le coût du chauffage annuel de la famille Dessart s’élève à peine à 400 euros par an. Jean-Pierre Dessart a aussi choisi une maison à ossature bois parce qu’il a facilement pu réaliser lui-même les finitions de la maison comme l’installation électrique sans devoir réaliser des saignées dans le béton et la brique comme c’est le cas dans tout habitat traditionnel.

En moyenne, le coût d'une maison en bois est 8 à 10% plus cher qu'une maison classique mais pour Ingrid Dessart, ça en vaut la chandelle car le bois offre un confort de vie selon elle, nettement supérieur.

Autre maison, autre style. Construite, il y a tout juste vingt ans, la maison de la famille Coupez expose, elle, son ossature bois. Son architecture est conçue autour d’un hêtre pourpre dont elle suit la ramure. Son bardage est superbe mais il a aussi un coût d'entretien. En l’entretenant régulièrement, le bardage peut tenir plus d’un siècle sans problème.

L'intérieur est aussi bardé de bois. La structure légère de la maison permet aussi de créer de larges ouvertures vers l'extérieur sans conséquence sur le budget chauffage. Dans la famille Coupez, on se chauffe aux pellets. Leur facture annuelle est de 500 euros par an. Les deux maisons ont coûté plus cher à la construction mais elles se rentabilisent en frais de chauffage.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK