La Belgique n'a pas assez de vaccins contre la grippe pour les groupes à risque

Le Conseil supérieur de la santé a publié un rapport indiquant que les personnes appartenant à des groupes à risque devraient être vaccinées.
Le Conseil supérieur de la santé a publié un rapport indiquant que les personnes appartenant à des groupes à risque devraient être vaccinées. - © TOBIAS SCHWARZ - AFP

La Belgique a commandé 2,9 millions de vaccins contre la grippe, soit 100.000 de plus que l'année dernière, mais encore trop peu pour vacciner tous les groupes à haut risque, écrivent vendredi Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Il est crucial que le plus de monde possible se fassent vacciner contre la grippe cet automne et cet hiver.

Maintenant que le Covid-19 est dans le pays, selon De Morgen, il est primordial que le plus grand nombre possible de Belges se fassent vacciner contre la grippe cet automne et cet hiver. Début juin, le Conseil supérieur de la santé a publié un rapport indiquant que les personnes appartenant à des groupes à risque devraient être vaccinées "plus que jamais" et que les personnes en bonne santé âgées de 50 à 65 ans devraient également être incluses. Cela devrait permettre d'éviter que les hôpitaux ne soient inondés de patients atteints de la grippe et du Covid-19 à la fin de 2020 et au début de 2021.

2,9 millions de doses commandés

Selon De Morgen, il y a toutefois un problème: notre pays ne dispose pas de suffisamment de vaccins pour suivre les conseils du Conseil supérieur de la santé.

L'Agence fédérale des médicaments (AFMPS) confirme que 2,9 millions de doses ont été commandées. Les entreprises pharmaceutiques qui produisent les vaccins (Sanofi, GSK et Mylan) ne sont plus en mesure ou désireuses de les fournir. En conséquence, la Belgique ne dispose que de cent mille vaccins de plus que l'hiver dernier, ce qui est insuffisant pour vacciner tous les groupes à risque définis par le Conseil supérieur de la santé.

Il faudrait plus de 4 millions de vaccins, soit le double de ce qui est prévu !

Selon Lieven Zwaenepoel de l'Association des pharmaciens (APB), il faudrait plus de 4 millions de vaccins. Il s'agit de vacciner les femmes enceintes, les malades chroniques, les plus de 65 ans, les personnes vivant en institution, mais aussi le personnel soignant, les bébés de moins de six mois et tous les membres de la famille des groupes précédents.

"Il est hors de question de vacciner les personnes qui ne font pas partie de ce groupe prioritaire, comme les travailleurs en bonne santé", déclare M. Zwaenepoel. "Tout le monde devra faire preuve de solidarité."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK