L'uniforme à l'école: bonne ou mauvaise idée?

Nous prenons la direction de chez Jean-Pierre Delepine, qui a ouvert il y a quelques années plusieurs boutiques très spéciales... Il n'y vend que des uniformes scolaires, et ça fonctionne! C'est là une preuve, sans doute, que la demande est en hausse. En effet, de plus en plus d'écoles imposeraient un code vestimentaire strict.

" Il y a vraiment un retour en arrière car on se rend compte qu'il y a besoin, parce qu'il n'y a plus aucune discipline, il y a un laisser-aller général et on voit ça dans l'éducation, dans la vie de tous les jours, dans la rue... On s'aperçoit qu'il y a un laisser-aller général. ", déclare Jean-Pierre. Mais au final, l'école est-elle préférable avec ou sans uniforme? Qu'en pensent tout d'abord les familles? Nous en avons rencontré une dont l'enfant doit porter l'uniforme et une autre dont l'enfant est tout à fait libre. Alicia peut en effet se vêtir comme elle le souhaite. Bien que cela ne soit pas toujours évident... Les goûts de la petite fille et de sa maman ne s'accordent pas toujours. La maman préfère les pantalons, tandis qu'Alicia n'aime pas cela... Il faut donc se mettre d'accord : " On n'a pas les mêmes goûts vestimentaires donc c'est vraiment très compliqué. ", nous dit la maman d'Alicia. Toutes les deux font les boutiques une à deux fois par semaine. Bien souvent, elles rentrent les mains vides.

Une préparation plus facile lorsque l'enfant porte un uniforme

Pour son garçon de sept ans, Aurélie aura pris moins de temps. Il porte l'uniforme à l'école, et sa préparation semble plus simple. Sa tenue de l'année passée est en partie encore bonne à porter. Pour le reste, Aurélie a fait des achats sans devoir se mettre d'accord avec son fils. " On a le pull de l'école avec l'écusson de l'école dessus, ce pull est acheté en grande surface. Il doit juste être bleu marine. On a aussi une chemise blanche, ou alors un polo blanc, du moment qu'il y a un col dessus. Il y a un pantalon, bleu marine également. Avec cet uniforme, il doit mettre des chaussettes blanches et des chaussures noires. ", précise Aurélie.

A côté du temps gagné pour faire ses achats, Aurélie trouve dans l'uniforme bien d'autres avantages : " C'est bien car il n'y a pas de clivage social avec les enfants. Ils ont tous la même tenue et ne se disent pas qu'ils ont tel ou tel vêtement de telle marque. Ici, tout le monde porte la même chose. ". Et ce n'est pas plus cher que si Aurélie devait chercher elle-même les vêtements car si c'était le cas, elle achèterait pour les mêmes prix...

L'uniforme permettrait de gagner du temps... et de l'argent

Aurélie dépenserait environ 200 euros par an pour les tenues scolaires de son garçon. Du côté de chez Alicia, le budget est beaucoup plus élevé, car Alicia préfère les robes, et sa maman, les pantalons. Aurore dépenserait en tenue scolaire pour sa fille environ 700 euros par an. L'uniforme permet donc de gagner du temps, et apparemment aussi de l'argent... et ce ne serait pas tout. 

A l'Institut des Sacrés-Cœurs de Waterloo, on impose un code vestimentaire depuis quelques années seulement. Son directeur, Patrick Dekelver, n'y voit d'ailleurs que des avantages : " Ça a permis d'avoir un sentiment d'appartenance à une école et donc un cadre, qui a fait que les choses se sont passées beaucoup mieux. Les enfants ont conscience qu'ils sont à l'école. Et que donc l'école est un lieu de travail, et qu'ils viennent pour travailler. Qu'ils aient des difficultés ou pas, nous sommes là pour les aider. Mais ils sont donc dans un cadre particulier, lié au travail ".

Pour d'autres, l'uniforme serait un mauvais message adressé aux enfants

Dans l'Ecole Ouverte d'Ohain, le directeur, Nicolas Maron, s'y oppose clairement : " On pense à la base que c'est effectivement une bonne idée de faire porter un uniforme à un enfant, ce qui équivaudrait à le mettre dans un rôle d'apprenant et donc qu'il sache que c'est son métier d'élève. Mais ça ne passe pas que par là... Et donc il y a plus d'une façon de faire, que ce soit en faisant de la gestion mentale, de la méditation, en les recentrant avec de la lecture, en faisant des petits exercices individuels. On prend le temps de réfléchir, de respirer. Ce sont plusieurs techniques pour les remettre au travail, et je ne pense pas que l'uniforme soit une de ces manières-là ".

On pense que l'uniforme peut gommer toutes les différences, or ce n'est pas le cas du tout

Pour Nicolas Maron comme pour la Ligue des Droits de l'Enfant, l'uniforme serait même un très mauvais message adressé aux enfants... " La société est multiculturelle. Nous avons des dons différents, des possibilités, des envies, des rêves totalement différents. Et avec l'uniforme, on pense que cela va tout gommer, alors que ce n'est pas vrai. La société, justement, c'est exploiter les différences. C'est exploiter les dons de chacun, c'est permettre à chacun d'être lui-même. Et même au niveau vestimentaire, les jeunes aspirent à pouvoir s'habiller comme ils veulent... " déclare Jean-Pierre Coenen, Président de la Ligue des Droits de l'Enfant.

En résumé, le débat de l'uniforme à l'école est encore très vif. Même si de plus en plus d'écoles semblent l'adopter, il est encore bien loin de faire l'unanimité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK