L'Orval, une bière trappiste d'excellente qualité : oui mais à quel prix?

Trouver de l'Orval relève parfois de l'exploit. Tous les médias en ont parlé, même internationaux : il existe une pénurie d'Orval. L'abbaye, malgré une production de plus 70 000 hectolitres, ne réussit plus à satisfaire la demande qui ne cesse d'augmenter ! L'Orval est aujourd'hui un breuvage qui vaut de de l'or. Ce produit de consommation est de plus en plus difficile à trouver ou alors à un prix très élevé.

Cette bière de qualité est victime de son succès. En quelques années, la demande a augmenté de 70% et ce n'est plus possible pour les moines de satisfaire un tel achalandage. En fait, la production de l'Orval est limitée. Dès lors, quand il y a une pénurie, on assiste au même phénomène que pour le sucre pendant la guerre. Si vous n'êtes pas sûr d'en trouver la prochaine fois, achetez en plus quand il y en a afin de la stocker !

Certains prétendent que ce sont les moines qui ont provoqué cette pénurie mais c'est tout à fait faux. Pour produire plus, ils devraient délocaliser la production et, dès lors, ils perdraient le label "trappiste". Au contraire, les moines essaient d'éviter la pénurie sans devoir augmenter, pour autant, la production. Ils ne veulent pas que la bière devienne un pur produit de marketing. Elle doit rester un produit d'élite. D'ailleurs, l'abbaye ne fait aucune publicité.

Des prix différents

Nous sommes allés chez Colruyt. Une palette d'Orval venait d'arriver. Ici, la bière trappiste se vend en paquet de 6 bouteilles. le consommateur est invité à acheter 12 bouteilles maximum par personne, histoire de contenter un maximum de clients. La palette fond comme neige au soleil. En deux jours elle sera vide. Coût à l'unité: 1,55€ vidange comprise. 

Dans une autre grande surface, chez Delhaize, le prix est un peu plus élevé : 1,85€. Mais le consommateur ne fait pas trop attention au prix puisque l'important c'est de la trouver ! Alors quand il y en a, cher ou pas, il en achète.

Autre lieu : un night shop. Ici aussi, on trouve de l'Orval. Les bouteilles proviennent de chez Colruyt mais se vendent ici à 3/pièce. La commerçante nous explique que l'Orval est très rentable. Elle en livre régulièrement à un client par 500 bouteilles au prix de 3 ! Ce petit magasin de nuit s'est constitué un stock important de ce délicieux breuvage devenu très rentable.

Dans les cafés aussi, le prix de l'Orval a changé. Dans un établissement du centre de Namur, la tenancière Michèle nous explique qu'elle a dû augmenter son prix de vente à 4,50. Le dernier bac de 24 bouteilles qu'elle a pu se procurer lui a coûté plus de 70 ! Résultat: Michèle a augmenté le prix de vente de 40 cents.

Un autre cafetier de Vedrin, ambassadeur de l'Orval, nous explique que la trappiste peut se vendre de 6 à 7 dans certains établissements.

Des bières trappistes très recherchées

Mais ce n'est pas la seule a être tant recherchée. En Belgique, il n'existe que six bières qui portent le titre d'authentique trappiste : Achel, Chimay, Orval, Rochefort, Westmalle et Westvleteren. Elles sont touts d'excellente qualité et... très recherchées par les consommateurs.

Aujourd’hui si vous voulez qu'une bière soit appelée trappiste, il faudra répondre à des critères très sévères :

  • réalisée dans l’enceinte de l’abbaye,
  • brassée par les moines (ou, au moins, sous surveillance de ces derniers),
  • une partie des bénéfices doit être reversée à des œuvres caritatives.

Un nom et une histoire

Le symbole de la bière d'Orval est une truite avec un anneau dans sa bouche. Une légende rapporte qu'en 1070, la comtesse Mathilde perdit un jour son anneau nuptial en s'approchant trop près d'une source jaillissante. Une truite apparut de la surface de l'eau et rendit l'anneau à la comtesse. Elle s'écria : "Voici l'anneau d'or que je cherchais ! Heureuse vallée qui me l'a rendue ! Désormais, et pour toujours, je voudrais qu'on l'appelle Val d'or". Et c'est ainsi que le nom d'Orval et le symbole de la truite fut donné à la bière !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK