L'or low cost : une fausse bonne affaire?

Un baptême, un mariage, un anniversaire... Ce bijou en or vous fait de l’œil, nul doute qu'il constituera un cadeau qui dure et dont on se souviendra...

Seulement voilà, le prix de l'or a triplé ces dix dernières années et il est souvent hors budget. Partant de ce constat, certaines bijouteries proposent désormais de l'or dit "low-cost". En France, ce marché a littéralement explosé, il représentait 55% des bijoux vendus en 2013.

On vend aujourd'hui de l'or low-cost en bijouterie, dans des chaînes spécialisées et même en grande surface. Il faut dire que le prix a de quoi séduire : une chaîne à 200 euros au lieu de 400, des boucles d'oreille moitié prix... C'est clair, les prix vont du simple au double. C'est tentant mais fait-on vraiment une bonne affaire?

De l'or 18 carats, reconnaissable au poinçon à tête d'aigle

Si vous poussez la porte d'une joaillerie traditionnelle, le bijoutier vous proposera de l'or 18 carats, reconnaissable au poinçon à tête d'aigle. Cela signifie que le bijou choisi comprend 75% d'or pur, le reste étant constitué par un alliage de cuivre et d'argent. L'or pur est à 24 carats mais il est trop dur pour être travaillé. Avec un bijou en 9 carats, la proportion d'or pur tombe à 37,5% alors que l'alliage cuivre/argent croît dans des proportions inverses. Vous payez donc moins cher parce que vous avez moins d'or au bout du cou ou sur vos lobes d'oreille... Logique.

L'or low-cost, légèrement plus rouge et plus mate

Est-ce un problème? Personne ne le verra, hormis peut être des professionnels car la couleur de l'or low-cost est légèrement plus rouge et plus mate aussi. Le poinçon lui, figure une feuille de trèfle. Non, le souci se situe ailleurs : compte-tenu de l'alliage qui le compose, le 9 carats se révèle plus cassant, plus difficile à réparer, il s'oxyde plus vite et résiste moins bien à l'usure du temps.

Bref, en achetant de l'or low-cost, vous ferez certes des heureux mais vous n'aurez pas la garantie qu'il fera le bonheur de plusieurs générations...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK