Avec l'app "Eat to Eat", cuisinez pour qui vous voulez !

Et pourquoi pas cuisiner pour votre voisin ? Eat to Eat c'est une application, une plate-forme collaborative, qui met en relation des cuisiniers amateurs et vous !

L'application Eat to Eat permet aux cuisiniers amateurs de proposer des plats à tout le monde.

L'Afsca pointe cependant le manque d'informations sanitaires sur le site. De son côté, l'Horeca appelle ça de la "concurrence déloyale". Pourtant, une solution a déjà été trouvée par l'application. Une campagne publicitaire circule depuis le 19 décembre. Les restaurateurs pourront rejoindre l'application… ce qui leur était interdit auparavant. Un beau coup de pub !

"Tout est déclaré, je n'ai rien à craindre"

Nous avons testé l'appli et commandé plusieurs plats : un durum à 7 euros et un moelleux au chocolat à 15 euros.

Quand nous l'avons essayée, "Eat to Eat" était sur le marché belge depuis quelques semaines seulement. Il n'y avait pas encore beaucoup de choix.

Nous réceptionnons le moelleux au chocolat. "Notre" cuisinier amateur est au rendez-vous. Il a découvert l'application tout récemment : "Je l'ai vue grâce à un ami qui l'avait aussi. Je me suis demandé pourquoi je ne le ferais pas. Ça me permettrait de gagner un peu d'argent. Et comme tout est déclaré, moi je n'ai pas de risque. Je n'ai rien à craindre.".

Welcome to the Eat To Eat Community! Eat To Eat is your platform for selling your own dishes and where fans of homemade...

Publiée par Eat To Eat sur Lundi 21 décembre 2020

Un beau coup de pub !

Tout le monde n'est pas du même avis.

En ces temps difficiles, l'Horeca crie à la concurrence déloyale.

Thierry Neyens, président de l'Horeca Wallonie : "Ces revenus sont nets. Il n'y a pas un modèle économique, clair et transparent. On ouvre la porte à un dérive et clairement à un concurrence déloyale par rapport à un secteur qui est déjà à genoux". Les responsables de l'application sont sensibles à l'argument et profitent de l'occasion pour développer une campagne de publicité.

Depuis le 19 décembre, les professionnels de la restauration peuvent présenter leurs plats sur Eat to Eat - ce qui leur était interdit auparavant - mais seulement durant une période limitée dans le temps, à savoir pendant la fermeture des restaurants lors du confinement. Mais, comme les cuisiniers amateurs, ils devront rétribuer 20% du prix de leurs préparations à l'application.

Même si la campagne publicitaire a un coût, c'est aussi un "coup". Cette publicité augmentera certainement la visibilité de l'app, lancée il y a quelques semaines seulement. Elle lui permettra aussi d'augmenter ses rentrées en ces moments si particuliers de fêtes de fin d'année durant lesquels personne ne pourra se rendre au restaurant. Une stratégie qui arrive au bon moment. 

L'Afsca s'en mêle

Poursuivons notre petit test... là je prends livraison d'un durum. "Notre" cuisinier est un passionné : "Moi j'ai cuisiné dans beaucoup de restaurants privés. J'étais un petit commis. C'est une passion".


►►► À lire aussi : Shopopop : se faire payer pour livrer les courses à votre voisin


Mais l'Afsca veut prendre toutes les précautions sanitaires, même avec les passionnés. Selon Jean-Sébastien Walhin, il n'y pas assez d'informations sur le site Eat to Eat : "On peut aller plus loin dans les conseils, notamment la traçabilité et aussi l'information sur les allergènes vers les consommateurs finaux. C'est essentiel, ces informations devraient être sur le site internet".

La discussion en est a ses débuts. Chacun présente ses arguments. Alain Lefèbvre porte-parole Eat to Eat : " On demande à la cuisinière de construire son propre système d'autocontrôle, comme l'Afsca ; c'est-à-dire, la traçabilité, le respect des dates de péremption, l'hygiène de la cuisine etc,etc…".

Eat to eat et Afsca se rencontreront en janvier prochain pour discuter de tout cela. En attendant, vous avez tout le loisir de tester l''application ou pas. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK