Internet : méfiez-vous des fausses offres d'emploi

C’est la mésaventure de Thomas qui nous donne l’occasion de revenir sur une technique très efficace mais qui risquait de faire de lui le complice d’une escroquerie.

Ce dernier cherche un emploi et une offre alléchante lui arrive par mail. Elle lui propose de devenir le collaborateur d'une société financière internationale partenaire d’une ONG. Elle est active en Europe mais ne souhaite pas créer de filiale en Belgique, car son activité dans notre pays est restreinte et elle veut limiter ses coûts de fonctionnement.

Elle cherche donc des collaborateurs pour l’aider à finaliser les paiements en rapport avec les contrats qu’elle décroche chez nous ou en rapport avec les dons perçus et elle se dit active en Amérique Latine. Une région que Thomas connait bien car il y a séjourné durant un an dans le cadre d’un programme d’échanges d’étudiants. Et comme il sait que dans certains pays de la région, les gens ont parfois des difficultés à vivre correctement, le mail retient son attention.

Des détails supplémentaires

Thomas demande donc plus de détails et, toujours par mail, on lui explique que la structure a un vaste projet visant à scolariser des enfants et que l’association récolte des fonds pour finaliser la construction d’une nouvelle école. Son interlocuteur lui explique que la création, en Belgique, d’une antenne de cette association ferait perdre de l’argent. Son travail sera donc d’être le représentant de l’association et c’est son nom qui sera communiqué aux donateurs.

Une fois les fonds arrivés sur son compte bancaire, son "travail" consistera à sortir ces fonds et à les transférer en fonction des instructions qui lui seront communiquées.

Projet de contrat de travail

Pour donner du poids à son offre, son correspondant joint même un projet de contrat de travail. Thomas a quand même trouvé cette proposition très bizarre et il a décidé de ne pas donner suite. Il nous a contacté en demandant des explications. Et il a bien fait car, en acceptant, il serait devenu le rouage d’une escroquerie.

Dans le langage des spécialistes de la fraude financière, on utilise aussi le terme "mules" pour désigner les intermédiaires ainsi recrutés. En fait, l'utilisation de mules va permettre de résoudre un problème crucial rencontré par les criminels : récupérer en cash les fonds illégalement acquis.

Complice de l'escroquerie

La personne piégée pourra soit envoyer cet argent via un compte Paypal qui aura été renseigné ou encore, via des sociétés de transfert de fond comme Western Union ou Moneygram. L’argent circulant ainsi de pays en pays, les pistes seront brouillées.

Et cela rend l’enquête très difficile car les virements internationaux sont très surveillés et laissent des traces, mais ici, avec les transferts, on sera dans le flou. Mais en plus, si on tombe dans le piège, on devient complice de l’escroquerie. Avec des conséquences imaginables parce que, l’argent ayant transité par votre compte, il sera évidemment très simple de vous localiser. Et sans vous, l’escroquerie ne pourra se finaliser.

Petit conseil donc quand vous recevez ce type de mail : direction la poubelle !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK