Haut les cœurs : livraison de bouquets de fleurs bio et locales

Haut les cœurs : livraison de bouquets de fleurs bio et locales
3 images
Haut les cœurs : livraison de bouquets de fleurs bio et locales - © loops7 - Getty Images/iStockphoto

Demain, c'est la fête des amoureux... Vous êtes d'ailleurs beaucoup à offrir des fleurs pour l'occasion, mais souvent ce sont des fleurs empoisonnées... On n'y pense pas quand on reçoit un joli bouquet de roses rouges mais ce bouquet est souvent plein de pesticides, de fongicides et d'insecticides. "Et alors? Les fleurs, on ne les mange pas!", penserez-vous. Bien sûr, la présence de pesticides dans les fleurs ne constitue pas un problème de santé publique en soi. Tant qu'on y est exposé à faible dose, il n'y a pas de risque. Ce qui n'est pas le cas pour les fleuristes, qui manipulent quotidiennement ces fleurs, et pour qui le risque est donc réel...

On avait d'ailleurs mené une enquête il y a quelques années dans "On n'est pas des pigeons" et les résultats étaient inquiétants... En effet, le dépôt de pesticides qui recouvre les feuilles et les fleurs passe sur les mains et pénètre dans le sang, avec risque de maladies chroniques, de maladies nerveuses et même de cancers. Le fleuriste qui manipule les fleurs plusieurs heures par jour doit donc impérativement porter des gants et les nettoyer régulièrement. Enfin, un conseil pour ceux qui ont un compost : évitez de jeter les fleurs fanées dans le compost, sinon, vous le contaminez.

L'achat d'un bouquet de fleurs : un acte qui n'est pas anodin pour la planète

Les fleurs sont aussi très polluantes... Il n'y a pas que l'utilisation de pesticides. Transport en avion, utilisation de serres, consommation d'eau, ou encore occupation de terres agricoles, l'achat d'un bouquet de fleurs n'est décidément pas un acte anodin pour la planète. La plupart des fleurs sont en effet importées, et souvent de très loin : Amérique centrale, Afrique et même d'inde. Et comme les fleurs sont des produits fragiles et très périssables, on les transporte par avion, ce qui génère des émissions considérables de gaz à effet de serre...

Heureusement, il est désormais possible d'offrir des fleurs bio et locales. Amandine Mazier a créé "Haut les cœurs", une entreprise bruxelloise qui fournit des bouquets de fleurs bio et locales livrés à vélo. Elle précise que pour les fleurs, il n'y a aucune traçabilité, contrairement à l'alimentation. Ayant déjà l'habitude d'acheter ses fruits et légumes bio, elle a voulu faire la même chose avec les fleurs, pour pouvoir dire d'où elles venaient. "C'est très compliqué de dire d'où viennent les fleurs. Lorsqu'on contacte un grossiste, il y en a beaucoup qui ne savent pas dire d'où elles viennent... Elles sont importées par la Hollande, donc on a l'impression qu'elles viennent de là, alors qu'en fait elles viennent de plus loin. Je me suis donc mise à la recherche de producteurs belges. Ils ne sont pas beaucoup, mais il y en a", précise-t-elle.  

Des fleurs champêtres dans votre bouquet

Et ces producteurs belges travaillent de manière raisonnée, évitant l'arrosage intensif, en n'utilisant pas des pesticides et en faisant attention aux engrais utilisés. On retrouve alors des fleurs champêtres... En ce moment par exemple, il y a des très peu de fleurs. "Je travaille donc avec des fleurs hollandaises qui ont le label fairtrade...", explique Amandine.

Pour plus d'informations sur le sujet, rendez-vous sur le site de Haut les cœurs

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK