Gare aux esters: ils contaminent les collations de nos enfants et les laits de nos bébés

On croyait tout savoir sur l'huile de palme, ses effets délétères sur la santé et l'environnement... Et voilà qu'on apprend qu'en l'utilisant, les industriels de l’agro-alimentaire génèrent de nouvelles substances, toxiques pour notre organisme. Elles portent le joli nom d'esters mais leur caractère poétique s'arrête là.

De quoi s'agit-il?

Les esters sont des substances néoformées; autrement dit, elles n'existent pas telles quelles dans notre environnement mais elles apparaissent dans des processus de transformation, notamment quand on chauffe l'huile de palme. Il en existe de plusieurs sortes: des esters que les scientifiques nomment 3MCPD et des esters dits glycidiliques.

Or, d'après l'EFSA, l'autorité européenne de sécurité des aliments, les deux constituent un danger réel pour la santé. Dans un rapport récent sur la question, l'agence précise: "L'exposition au 3MCPD dépasse le niveau de sécurité... Il existe suffisamment de preuves indiquant que le glycidol est génotoxique et cancérigène...".

Alfred Bernard, toxicologue, désigne les risques: "On sait que chez les rats, les esters 3MCPD entraînent des lésions rénales et testiculaires. Les esters glycidliques quant à eux sont cancérigènes et génotoxiques - ils portent donc atteinte à l'ADN - et on ne devrait même pas en trouver dans l'alimentation."

Jeune consommateur, plus de risques

L'agence précise d'ailleurs que, comme souvent, le risque est d'autant plus élevé que le consommateur est jeune, voire même très jeune: "L’exposition des bébés consommant uniquement des préparations pour nourrissons constitue une inquiétude particulière car elle atteint jusqu’à dix fois le niveau considéré comme peu préoccupant pour la santé publique".

Pourquoi cette mise en garde? Parce que les esters se trouvent surtout dans les produits qui contiennent de l'huile de palme, comme les biscuits, les gaufres et autres friandises mais aussi dans les laits pour bébés! Pour le vérifier, nous avons donc pris trois collations et deux laits infantiles et nous les avons soumis à l'expertise du Cart, le seul laboratoire analytique susceptible d'évaluer la présence d'esters dans l'alimentation.

Les résultats ont bien démontré la présence d'esters dans les madeleines de Lotus, dans les Petit Prince de Lu et dans les biscuits Oreo. Plus préoccupant encore, le laboratoire en a effectivement décelé dans des laits pour bébés, y compris dans des laits bio, en moindre quantité! "C'est incompréhensible poursuit Alfred Bernard; pourquoi aller mettre de l'huile de palme dans les laits pour bébés?".

D'ici 2019, nos laits infantiles ne contiendront plus d'huile de palme en Belgique

Nous avons donc posé la question à Nestlé, voici leur explication: "Le lait maternel contient naturellement de l'acide palmitique, un acide gras important... De nombreuses préparations pour nourrissons contiennent de l'oléine de palme, la fraction la plus liquide de l'huile de palme, comme source de cet acide gras... Nestlé s'engage à répondre aux besoins variés des consommateurs. Par conséquent, nous élargissons nos options de produits pour inclure les préparations pour nourrissons sans huile de palme. D'ici 2019, nos laits infantiles ne contiendront plus d'huile de palme en Belgique". Si Nestlé supprime l'huile de palme de ses laits infantiles, c'est donc bien que des alternatives existent. D'ailleurs, d'autres industriels en déjà réduit significativement la quantité d'esters dans leurs produits.

L'Europe, quant à elles vient bien de fixer des seuils mais uniquement pour les esters de glycidol, et encore, ces seuils concernent uniquement les matières premières entrant dans la composition des aliments, non pas les produits finis. Impossible donc pour un consommateur de connaître la quantité d’esters contenue dans un paquet de biscuits…

Autant dire qu'on est encore bien loin d'une législation contraignante et qu’ici aussi mieux vaut privilégier les préparations maison à celles élaborées par les industriels...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK