Fournisseurs de gaz et d'électricité : attention aux contrats "invisibles"

Comparez, comparez, vous ferez des économies ! C'est valable dans beaucoup de secteurs et certainement dans celui de l'énergie.

Comparez annuellement vos factures d'électricité et de gaz, vous serez gagnant ! Mais voilà, lorsque vous voulez renouveler votre contrat, il n'est pas toujours possible de comparer.

Certains contrats deviennent invisibles sur les sites de comparaison et parfois même sur les sites des fournisseurs eux-mêmes.

La Creg, la Commission de Régulation de l'Electricité et du Gaz a décidé de faire la chasse à ces "contrat dormants de prolongation". 

Contrats dormants de prolongation

Sur les sites de comparaison d'énergies, vous pouvez toujours choisir entre le contrat plus cher et le moins cher. Vous pouvez choisir mais tous les contrats ne sont pas repris par les comparateurs.

En tout cas pas ceux que l'on appelle les "contrats dormants de prolongation". C'est quoi ça ? Réponse de Laurent Jacquet, directeur de la Creg : "C'est un contrat qui n'apparaît pas dans les comparateurs tarifaires parce que ce contrat n'est pas proposé à de nouveaux clients. Autrement dit, c'est un contrat passé qu'on ne peut pas comparer donc pour nous, il y a un problème de transparence et d'information du consommateur". 

Si vous aviez eu la possibilité de comparer, vous auriez pu économiser 800 euros par an pour le gaz et 300 euros pour l'électricité.

Donc lorsque certains fournisseurs prolongent votre contrat, ils vous en proposent un qui n'apparaît pas sur les sites de comparaison de prix. La plupart du temps même, il n'apparaît pas sur le site du fournisseur. On parle alors, de "contrat dormant de prolongation". Selon la Creg, si vous aviez eu la possibilité de comparer, vous auriez pu alors économiser jusqu'à 800 euros par an pour le gaz et 300 euros par an pour l'électricité.

Quatre fournisseurs dans le collimateur de la Creg

La Creg, la Commission de Régulation de l'Electricité et du Gaz veut mettre fin à ce type de contrat. Laurent Jacquet : "Ce que la Creg demande c'est de rendre actifs, les contrats dormants de prolongation. De cette manière-là, le consommateur est informé puisqu'il peut trouver sur les comparateurs tarifaires, les informations relatives au prix de ce contrat. Il peut alors faire une comparaison objective et prendre une bonne décision".

Quatre fournisseurs sont dans le collimateur de la Creg. Luminus Eneco et Lampiris se sont déjà engagés à supprimer leurs contrats dormants. Mega lui fait l'objet d'une enquête de l'inspection économique.

Ce que nous faisons n'est pas contraire au droit économique !

Mega a décliné notre demande d'interview télévisée, mais a cependant répondu à nos questions. Mega semble bien, dans un communiqué, ne pas vouloir changer de politique :  " …. la Creg recommande l'abolition des contrats dormants, ce qui ne veut pas dire que les fournisseurs d'énergie y sont contraints ". Mega se justifie : " Ce que nous faisons n'est pas contraire au droit économique". Mais, le fournisseur liégeois a également promis de renseigner sur son site, dès le premier février, les anciens contrats ... ceux-là même que la Creg estime être des contrats "dormants". Mega a tenu parole. Pourtant la Creg n'est pas satisfaite. Elle estime notamment que ces contrats ne sont pas accessibles pour de nouveaux clients. Il ne s'agirait donc pas d'une offre active. Creg et Mega doivent se rencontreront pour en discuter. La communication est établie. De son côté, l'Inspection économique a également prix contact avec Mega. Il y a de l'électricité dans l'air...

Conseil "On n'est pas des pigeons"

Un bon conseil pour faire baisser votre facture d'énergies : comparez chaque année les prix ... de préférence lorsque les énergies sont moins chères, généralement, en été. Et changez alors de fournisseur en profitant des promotions que vous pourrez trouver sur un site de comparaison de prix.

Un seul est certifié par la Creg. Sinon, si vous voulez comparer votre ancien contrat. Il y en a environ 1300. Un seul site à consulter : celui de la CREG

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK