Foire du Livre : les auteurs offrent-il une dédicace si on n'a pas acheté leur livre ?

On a parfois de drôles d’idées à On n’est pas des Pigeons ! A l’occasion de la 47e Foire du Livre qui se tenait tout ce week-end à Bruxelles, on s’est posé cette question : peut-on obtenir des dédicaces si on se présente au stand de son auteur préféré sans son livre ? On a confectionné un grand livre d’or avec les photocopies des couvertures de leurs bouquins et on est partis à la chasse aux autographes. Obtenir de jolies signatures sans débourser un centime, voilà notre objectif !

C’est un peu le principe de cette grand-messe de la littérature : permettre aux lecteurs de rencontrer leurs auteurs préférés. Plus de 300 écrivains étaient présents à Tour & Taxis pour des séances de dédicaces. Devant les stands, l’affluence est très variable. Certains auteurs attendent désespérément des lecteurs en tapotant sur leur smartphone, d’autres discutent avec leur voisin. A côté de ces écrivains qui se tournent les pouces, il y a ceux qui déplacent les foules. Pour les approcher, il faut être patient, très patient.

Harlan Coben, maître du thriller et du selfie

Stand 317. La séance de dédicaces d’Harlan Coben est annoncée pour 15 heures. Mais la queue est déjà formée depuis midi. Les lecteurs du maître du suspense veulent absolument rencontrer celui qui tient en haleine leurs longues soirées d’hiver. Des centaines de fans patientent. "En faisant la file, on a assez de temps pour lire son dernier livre", nous glisse un lecteur avec beaucoup d’humour. C’est donc un peu gêné qu’on dépasse tout le monde pour sauter sur Harlan Coben à son arrivée. On lui présente notre livre d’or avec une photocopie de la couverture d’"Intimidation", son dernier best-seller. Le boss du polar appose sa signature sans sourciller. "Ce n’est pas un problème, je signe où vous voulez", nous rétorque-t-il. Pour le même prix, il nous offre même un selfie.

Amélie Nothomb n’apprécie pas

La Belge, Amélie Nothomb, génère, elle aussi, des files kilométriques à la Foire du Livre. Une lectrice est venue avec une bouteille de champagne, un autre avec un petit pendentif en forme de cœur sur lequel sont gravées les initiales de son auteure préférée. "Je l’adore, ses livres me font vraiment du bien. C’est donc la moindre des choses de lui offrir un cadeau", précise le monsieur, tout ému.

Avec ses lecteurs, Amélie Nothomb prend son temps, fait des compliments, échange des sourires, papote. Par contre, son visage est nettement moins enjoué quand on lui tend notre livre d’or. "C’est bien une idée de la RTBF ça !", peste la romancière. Elle signe à côté de la photocopie de la couverture de son dernier roman mais précise que si nous n’étions pas de la RTBF, elle ne le ferait pas. "Franchement, les gens font la file pendant des heures, vous croyez que c’est pour venir sans le livre", nous lance Amélie Nothomb.

Eric-Emmanuel Schmitt : "Allez à la bibliothèque !"

Autre habitué de la Foire du livre : Eric-Emmanuel Schmitt. Le dramaturge français naturalisé belge trouve notre démarche très drôle et se moque bien de savoir si on a acheté ou pas ses livres. "Ce qui compte, ce n’est pas que vous les achetiez mais que vous les lisiez. Allez dans une bibliothèque, d’accord ?", propose cet amoureux des mots.

Accueil chaleureux aussi du côté du romancier Bernard Werber et Luis Sepulveda. L’auteur chilien engagé précise avec un bel accent espagnol que "c’est avec un énorme plaisir".

Les illustrateurs de BD sont moins enthousiastes

Dans les stands dédiés à la bande dessinée, les auteurs ne se contentent pas d’offrir des autographes. Ils prennent le temps de réaliser des dessins personnalisés, véritables petites œuvres d’art. Du coup, quand on demande nous aussi notre dessin en tendant une simple feuille blanche, l’accueil est mitigé. "Parfois, on retrouve nos dessins dédicacés en vente sur eBay", explique Bernard Swysen. "C’est pourquoi je ne dessine que sur les albums. Mais je peux vous faire une dédicace sans problèmes, ça oui !".

 Eric Lambé acceptera pour sa part de nous réaliser un petit dessin dédicacé mais avec une remontrance au passage : "Donc, vous voulez que les artistes aient de moins en moins de moyens, c’est ça ?"

Certains auteurs posent leurs conditions

Notre procédé déplaît aussi à d'autres auteurs, qui décident de poser leurs conditions. C’est le cas de Philippe Claudel : "Je veux bien signer sur votre fesse gauche". "Vous ne voulez pas débourser un centime, alors, c’est moi qui choisis le support !", rétorque plus amusé qu’agacé l’écrivain français.

Le dessinateur et humoriste Frédéric duBus répond également à notre demande avec une pointe d’ironie : "Pas de problème mais je veux une bouteille de Petrus 1947. Si vous n’en avez pas, du 49 c’est bon aussi…"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK