Festivals annulés : peut-on refuser les bons à valoir et exiger le remboursement ?

Concert
2 images
Concert - © Jena Ardell - Getty Images

Vous deviez aller à l'un ou l'autre festival cet été ? Vous savez donc qu'ils sont tous annulés et vous avez peut-être déjà été contacté par les organisateurs. La plupart du temps, ils vous proposent, non pas de vous rembourser, mais de vous offrir un bon à valoir.

Votre billet sera valable en 2021 ou 2022.

RockWerchter a par exemple décidé de convertir le prix des billets en crédits, utilisables pour les deux prochaines éditions aussi bien pour acheter un nouveau ticket que pour dépenser dans les stands de boisson et nourriture. Avec en plus, l'accès à une prévente exclusive.

Pour Tomorrowland, si on ne veut ou ne peut revenir l'an prochain, les organisateurs proposent de racheter les billets pour les remettre en vente

Sauf que ces propositions n'arrangent pas tout le monde. 

Et si l'artiste que je voulais voir ne revient pas ?

Parmi les festivaliers, on compte un grand nombre d'habitués, à qui ces mesures conviennent. D'autant qu'il ne s'agit pas d'une compensation ou d'un geste commercial, c'est juste l'application de la loi. Les organisateurs sont dans l'obligation de fournir un bon à valoir pour un événement identique qui a lieu dans les deux ans. Ce "voucher" est valable même si les prix augmentent. Si on peut prouver qu'on est dans l'impossibilité de s'y rendre à nouveau, on peut alors exiger le remboursement. Autre point fondamental, la nouvelle activité doit présenter les mêmes caractéristiques essentielles. Et c'est évidemment ce dernier point qui pose problème. 

On se doute bien que dans le cadre d'un concert avec un unique artiste, on peut demander un remboursement si cet artiste décide de ne pas revenir endéans les deux ans.

Mais qu'en est-il avec les festivals proposant une variété d'artistes et de styles différents ?

Prenons Werchter Boutique par exemple. 7 artistes programmés en une seule journée dont la tête d'affiche est l'américaine Taylor Swift. Aurélia, une fan, nous a contactés : "Mes amies et moi avions pris des tickets VIP à 150 euros qui ne sont valables que pour sa prestation. Les organisateurs ne sont-ils pas dans l'obligation de rembourser, ne pouvant garantir la présence de l'artiste dans les futures éditions ?"

Est-ce que remplacer Zazie par Zaz ou Coldplay par Muse peut être considéré comme "mêmes caractéristiques" ? Si nous voulions voir une tête d'affiche, peut-on la changer par une autre ? Nous avons contacté le SPF Economie, compétent en la matière. Voici sa réponse : "Il est vrai que pour un festival le principe est souvent que l’on a acheté le ticket pour voir les " têtes d’affiche " annoncées et que, par conséquent, si celles-ci ne sont plus présentes lors de l’événement reporté, on peut par principe considérer que le nouvel événement ne présente plus les mêmes caractéristiques essentielles, tout dépendra de chaque cas d’espèce."

Il faut alors pouvoir démontrer qu'on désirait se rendre au festival pour tel ou tel artiste. Mais si l'on reprend le cas de Taylor Swift, rien n'indique à l'heure actuelle qu'elle ne reviendra pas au même endroit dans les deux ans. Difficile donc de déjà exiger un remboursement.

On le voit, il n'y a pas une réponse claire et tranchée.

On peut toujours accepter le nouveau billet et le revendre ensuite si la programmation ne plaît pas. En Belgique, la revente occasionnelle sans engranger de bénéfice est autorisée.

  • En cas de litige avec l'organisateur, le consommateur qui s'estime victime de pratiques trompeuses peut le signaler via https://pointdecontact.belgique.be
  • Pour la résolution d'un litige individuel, le SPF Economie préconise la médiation.
  • Et si rien de tout cela ne fonctionne, il ne reste malheureusement plus que la procédure en Justice. Cela risque d'être assez lourd et onéreux, pour un simple ticket de concert.

►►► À lire aussi : Pas de festivals cet été, que faire avec vos tickets ?


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK