Faillite du Château de Limelette: les clients ont peu d'espoir de récupérer leur argent

Le couperet est tombé pour le Château de Limelette. Le tribunal du commerce du Brabant wallon a prononcé la faillite. L’hôtel quatre étoiles devait environ 300.000 euros à l’ONSS.  Même s’il s’y attendait, le personnel est évidemment déçu. Autres victimes : les fournisseurs, les sous-traitants mais également les clients. C’est le cas de Françoise Bernard qui avait acheté des bons cadeaux pour les thermes d’une valeur de 210 euros.

C'était le cadeau de Noël idéal pour mes filles

Le 23 décembre dernier, Françoise achète trois bons cadeaux pour une journée de soins aux thermes de Limelette. "J’effectue cet achat en toute confiance", confie-t-elle dépitée. "Le Château jouit d'une bonne réputation, et la commerciale que j’ai au bout du fil ce jour-là est très professionnelle. Elle me donne de bons conseils et m’explique la marche à suivre pour réaliser le paiement en ligne." C’était il y a un peu plus de deux mois et rien ne laissait présager que le Château allait mettre la clé sous le paillasson.

Ses trois filles sont ravies de ce cadeau et se réjouissent de passer cette journée de détente entre sœurs. "C’était l’occasion de se retrouver en dehors du quotidien de la maison, de la fac ou du travail", précise sa fille Constance. Mais cette journée de détente semble désormais bien loin.

Le consommateur n’est pas prioritaire pour le curateur

Comme après chaque faillite, un curateur a été désigné pour éponger les dettes de la société. Les créanciers  prioritaires sont l’ONSS, les fournisseurs et le personnel. "Et les consommateurs?" s’interroge Françoise. "En tant que cliente, vous arrivez tout en bas de la liste" lui répond Olivier Beaujean de Droits Quotidiens. Comme les autres clients qui avaient réservé des services au Château de Limelette, Françoise ne reverra sans doute jamais la couleur de son argent. Olivier Beaujean lui conseille néanmoins de prendre contact avec le curateur afin d’introduire une déclaration de créance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK