Etes-vous bien sûr qu'en cas de problème, votre assurance juridique intervienne ?

L’assurance juridique, c’est l’intervention d’un juriste ou d’un avocat en cas de besoin. Nombreux sont les assurés qui se croient couverts au travers des options choisies dans leurs contrats incendie, famille et auto.

Comme de plus en plus d’assurés, Mélissa et Guillaume ont récemment appris à leurs dépens que ce type de couverture ne les protégeait pas du tout.

Mélissa est devenue handicapée à la suite d’une erreur médicale et Guillaume n’a obtenu aucune aide juridique lorsqu’un arnaqueur l’a dépossédé de 30.000 euros. Il avait pourtant demandé une couverture maximale à son courtier.

Les assurances refusent-elles très souvent d'intervenir ? 

A en croire le nombre de plus en plus nombreux de clients éconduits par leur assurance, on est en droit de le penser.

Du côté des organismes assureurs, impossible d’obtenir le moindre chiffre. On nous renvoie vers des conditions générales parfois très explicites qui annoncent la non-intervention si l’assureur estime par exemple n’avoir aucune chance de gagner en justice ou si la partie adverse est insolvable.

Et certains organismes de nous préciser que pour des primes en protection juridique s’élevant entre 12 et 25 euros/an, il ne faut pas s’attendre à grand chose comme soutien.

Alors, quelle solution ?

La solution, c’est une assurance protection juridique spécialisée. Dont c’est l’unique métier. Un produit peu connu, contracté par seulement 10% de la population belge.

Les sociétés allemandes ARAG et DAS sont les spécialistes européens chez nous. Et là, aucun problème pour nous parler du nombre d’intervention.

Pour les matières auto, 99% des dossiers sont pris en charge. Et en matière vie privée, c’est 90% d’intervention.

Des interventions qui passent toujours d’abord par la négociation. Puis en cas d’échec, ce sera l’avocat (de votre choix) et le tribunal.

Une assurance protection juridique très chère ?

Oui et non! Tout dépend du produit demandé. On estime cependant que pour une très bonne couverture (auto, vie privée dont divorce, conflits de la consommation et de la construction…), il faut sortir près de 300 euros/an. Cher!

Sauf qu’en retirant ses options protection juridique auprès des assureurs "classiques" et en profitant (à partir de septembre 2019) d’une déductibilité fiscale de 120 euros, il restera une petite centaine d’euros à consacrer à une vraie protection juridique qui intervient dans 90 à 99% des cas.

Et quand on connait le prix d’un simple courrier auprès d’un avocat, le calcul devrait être vite fait!

Ah si seulement Melissa et Guillaume avaient su cela!

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK