Est-ce qu'on se marie ou pas cet été ?

En attendant la reprise, les prestataires de mariage s'organisent en fédération.
3 images
En attendant la reprise, les prestataires de mariage s'organisent en fédération. - © Hans Neleman - Getty Images

Vous aviez planifié de vous marier cet été mais tout est tombé à l'eau à cause du coronavirus ? Vous êtes toujours dans l'attente et espérez pouvoir maintenir le Jour J ? Les règles ont certes un peu évolué ces derniers mois, néanmoins, certaines incertitudes demeurent. Pour y faire faire le secteur s'organise ! On vous explique.

Est-ce qu'on se marie ou pas cet été ?

Isabelle Ghosez est responsable de " Beyourguest " une société qui travaille dans l’événementiel. Pour notre chef d’entreprise, l’univers du mariage est noyé dans l’événementiel. Isabelle précise : " C’est un secteur un peu à part, on ne pense pas assez à tous les petits métiers liés à la prestation d’un mariage. " Un métier extrêmement saisonnier qui se termine déjà fin septembre.

A l’heure actuelle aucune certitude sur ce qui sera permis ou pas, des portes s’ouvrent mais pas cohérentes, 50 personnes disponibles pour le mariage mais avec ou sans personnel ? Soirée dansante possible ou pas ? Idem pour la réception debout ? ", Des questions pour l’instant sans réponses pour Isabelle Ghosez.

C’est très fatigant parce qu’on ne sait pas sur quel pied danser !

Difficile pour le secteur, aucune perspective: " C’est très inconfortable en tant que société ou indépendant. Inconfortable aussi par rapport aux clients qui ne savent pas ce qu’ils peuvent faire ou ne pas faire. Des consommateurs qui décident de reporter ou annuler leur mariage. Si c’est un report, c’est pour l’année prochaine, bref une année nulle, pour nous ! "

Certains mariages civils sont toujours programmés, une manière de marquer le coup émotionnellement. Des mini fêtes sont aussi organisées dans des lieux déjà réservés mais avec un minimum de personnes. Le problème, c'est que les charges ne changent pas ! " Une salle à 3500 euros que vous y mettiez 50 personnes ou 300, son prix ne changera pas ", précise Isabelle Ghosez.

Représenter l'ensemble secteur via une Fédération

Pour réagir positivement, l’idée d’Isabelle est de mieux structurer le secteur, son but est de rassembler tous les métiers autour du mariage en une fédération : la Fédération Belge des Prestataires de Mariage.

Son premier objectif consiste à établir un état des lieux et un plan plus précis sur les dates de reprises éventuelles pour permettre à chacun de se projeter dans l’avenir.

Cette Fédération a pour but de réagir face à la situation engendrée par le covid mais aura aussi des effets sur le long terme. Le secteur sera dorénavant mieux représenté.

Isabelle Ghosez : " Chacun avance dans la profession comme des artisans, de manière isolée. Avec la fédération, il sera possible de mieux représenter l’ensemble du secteur "  

La fédération aimerait aussi avoir un soutien financier pour aider ce secteur d’activités, Isabelle Ghosez: " Organiser un mariage prend 3 mois, pouvoir apporter une aide d’ici une réelle reprise sera vital pour le secteur. " Une revendication que la nouvelle fédération compte bien faire aboutir.   

Explosion des divorces à cause de la crise ?

Alors que certains pensent mariage, d'autres ne voient plus que le divorce ! Avec le confinement, des couples se sont rapprochés mais pour d'autres, ce fut la déchirure.

25% des couples ont été brisés par le confinement !

Le confinement aurait-il fait grimper le nombre de divorces ? Attention, les chiffres ne disent pas tout. On vous explique.