Electro Dépôt s'étend en Belgique, terrain fertile pour le low cost

Lancée en 2004 dans le Pas-de-Calais, l'enseigne d'électronique à bas prix Electro Dépôt s'est vite développée. A la septantaine de magasins répartis actuellement sur toute la France, on peut à présent en ajouter trois en Belgique. Gosselies, Liège et Anderlecht sont les trois premiers points de vente de la marque française, détenue par Boulanger et donc membre de l'empire Mulliez (Auchan, Kiabi, Décathlon, etc.). Le concept est simple : il s'agit de magasins en cash and carry, "libre service de gros" en français, inspirés par Colruyt et Décathlon. L'influence de la marque belge se ressent dans l'organisation des magasins : grandes étagères, sol en béton, pas de réserve, traque des moindres coûts inutiles ... De Décathlon, Electro Dépôt reprend le concept de marques propres. Queshua ou Btwin chez le géant du sport deviennent Bellavita ou Valberg chez le spécialiste électro.

Trois gammes de prix

La première fois que l'on franchit les portes d'un magasin, on est surpris par la présence de ces marques bizarres, peu connues de la plupart des consommateurs. C'est que la politique tarifaire est identique quelle que soit le type de produit vendu. On trouve d'abord un premier prix, de marque High One, le produit blanc de l'enseigne. Ensuite on passe dans les différentes marques de distributeur vendues un peu plus cher mais proposant un excellent rapport qualité/prix, selon Electro Dépôt. Enfin, le client qui souhaite être rassuré par les marques connues aura la possibilité d'en trouver également au prix annoncé comme étant le plus bas du marché. Mais le choix est beaucoup plus restreint que dans les autres magasins d'électro. Cette limitation volontaire permet au client de visualiser directement les différences de prix bien marquées et offre au vendeur la possibilité d'effectuer des achats en grosses quantités sur l'un ou l'autre modèle.

Dans les faits, on nous indique que la répartition s'effectue équitablement entre le premier prix, les marques de distributeur et les marques nationales. Encore faut-il savoir de quelles grandes marques on parle. Wiko ou Lenovo n'ont par exemple pas la même image qu'Apple ou Samsung. D'ailleurs, en parlant de la marque à la pomme, on ne la trouvera ici que sous forme d'appareils reconditionnés. Le prix d'un iPhone neuf étant partout identique, Electro Dépôt préfère ne pas en commercialiser.

Bonnes affaires et absence de repères

Un magasin qui garantit le meilleur prix doit accepter les comparaisons. Mais celles-ci sont impossible à partir du moment où les marques premier prix et de distributeur n'existent nulle part ailleurs. Alors, on ne peut que comparer les grandes marques. Oui mais voilà, certaines références sont introuvables, même sur internet. Une recherche sur un téléviseur Samsung présenté à prix intéressant nous a renvoyé sur des sites ... roumains ! Car les acheteurs ne passent pas nécessairement par les filières d'approvisionnement traditionnelles. Un chiffre ou une lettre de différence et c'est peut-être l'ensemble des caractéristiques techniques qui changent. Dans une gamme de téléviseurs d'une même marque, à dimensions et résolution d'image comparables, la qualité ou les fonctionnalités sont parfois bien différentes. Mieux vaut donc se renseigner avant de craquer pour un achat impulsif motivé uniquement par le prix affiché.

Quoi qu'il en soit, cette politique des prix bas proposée par Electro Dépôt est déjà un succès chez nous à un point tel que l'enseigne compte ouvrir entre quinze et vingt-cinq nouveaux magasins dans les dix prochaines années. Preuve que malgré la concurrence d'internet et des nombreux autres acteurs, ce secteur a encore un bel avenir, surtout dans le low cost.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir