Des utilisations originales pour le préservatif à Cuba

Des utilisations originales pour le préservatif à Cuba
5 images
Des utilisations originales pour le préservatif à Cuba - © Delpixart - Getty Images/iStockphoto

Saviez-vous que les préservatifs en latex pouvaient être utilisés pour autre chose que le sexe...? A Cuba, les Cubains l'ont réinventé. En effet, ils l'utilisent pour différentes choses du quotidien... Non non, vous ne rêvez pas! D'importantes pénuries de produits de base ont commencé à faire leur apparition dans le pays, forçant les habitants à devenir ingénieux. Ils sont alors devenus de réels maîtres de l'invention. 

Les Cubains utilisent les préservatifs bien au-delà de la contraception et de la protection contre les infections sexuellement transmissibles.

 

Une utilisation en mer

Le long de la côte, on peut par exemple retrouver des flotteurs faits de plusieurs caoutchoucs gonflés et assemblés ensemble flottant sur la mer et transportant des hameçons appâtés de lignes de pêche.

Les pêcheurs se retrouvent en masse sur les côtes cubaines car les contrôles sur les bateaux sont nombreux, suite aux contrôles stricts des autorités à bord des bateaux... Ces bouts de caoutchouc sont donc très utiles pour lancer leur hameçon loin du rivage.

Pour la fermentation du vin

Orestes Estevez, habitant de La Havane, en fait quant à lui une utilisation très particulière : dans sa cave, il couvre les bouteilles de jus de raisin avec des préservatifs.

Pour pouvoir se repérer dans le processus, c'est très simple. Lorsque la fermentation libère des gaz, le caoutchouc se gonfle et se dresse. Quand il se laisse aller, c'est que le processus est terminé et Orestes peut alors vendre son vin.

Des élastiques particuliers

Lors des concerts et des fêtes d'anniversaire, les préservatifs sont aussi utilisés comme ballons...

Mais ce n'est pas tout, chez Sandra Hernandez, coiffeuse, ils sont également utilisés comme bandeaux pour mettre dans les cheveux ou encore comme élastique! Après tout, pourquoi pas... 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK