Des rayons anormalement vides chez Colruyt

Colruyt met la pression sur le groupe Coca pour qu'il baisse ses prix. Il ne veut plus mettre les produits du groupe dans ses rayons. Conséquences : pénurie dans les magasins !

Coca-Cola "Temporairement indisponible" ; Fanta "Temporairement indisponible" ; Fuze Tea "Temporairement indisponible". Bizarrement cette mention s’affiche à chaque fois que l’on recherche une marque du groupe Coca-Cola sur le site Collect and Go de Colruyt. Les stocks de ces produits s’épuisent chez ce distributeur. Cette pénurie cache, en fait, un face-à-face tendu entre les deux partenaires.

Pietro Zidda, professeur de gestion à l’Université de Namur nous explique la raison : "Aujourd’hui, ils n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur un contrat. Donc, il est tout à fait logique que Colruyt dise à Coca : "Eh bien, on va attendre un peu, d’avoir terminé la négociation pour que moi, je puisse vous acheter des produits à mettre dans les rayons." Alors, il se fait que Colruyt a encore un peu de stock et va jouer sur cet élément pour, en quelque sorte, essayer de faire infléchir Coca-Cola à proposer des prix plus faibles.

En grande surface aussi les stocks s’épuisent. Dans le Colruyt de Jambes où nous nous sommes rendus, il n’y a plus de Coca-Cola en bouteille d’un litre et demi. Il n’y a presque plus de Fuze Tea non plus. Même cas de figure dans une plus petite surface, un Okay, qui appartient aussi au groupe Colruyt.

Nous avons sollicité une interview, elle nous a été refusée. Hanne Poppe, la porte-parole du groupe se justifie. "Parce que nous voulons continuer à mener ces discussions dans un climat le plus constructif possible, nous ne souhaitons aller plus dans le détail."

 

Ce n’est pas un cas isolé

Quelques rayons plus loin que ceux dédiés aux marques de Coca-Cola, nous tombons à nouveau sur du vide. Ce sont les cafés Douwe Egberts cette fois qui se font rares.

Dans ce cas-ci aussi, une négociation est en cours.

Ces situations de pénurie se répètent et ce n’est pas près de s’arrêter, comme nous l’explique Pietro Zidda : "Plus il y aura concurrence entre les distributeurs, plus il y aura de pression sur les prix. Et comme les distributeurs, via des alliances sont de plus en plus importants, bien plus importants que les producteurs, et bien, ils vont mettre la pression sur les producteurs." 

Dans la bataille qui oppose producteur et distributeur, aucune des parties n’a intérêt à prolonger la période de pénurie. Ces images de temps de guerre, de rayons vides, pourraient en effet faire fuir certains clients.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK