Des produits Lotus contaminés au Fipronil encore présents dans les rayons

La crise des œufs contaminés bat son plein et les effets d'annonce se succèdent à un rythme endiablé: "ici, les produits à base d'œufs dans le contexte du Fripronil, il y a zéro stress. Tout est bon en Belgique", ou encore "L'AFSCA va vérifier que les retraits du marché sont correctement effectués et que les produits sont bien retirés des rayons" et enfin "jusqu'à présent, le consommateur peut faire ses courses sans stress". Le porte-parole de l'AFSCA a multiplié les sorties dans la presse pour rassurer les consommateurs. On n'est pas des pigeons a simplement vérifié si ces effets d'annonce sont suivis d'actes sur le terrain.

La France joue la transparence

Dans cette tourmente, une actualité a attiré notre attention. Tout est parti de la France qui joue la carte de la transparence. Le vendredi 18 août, le ministère de l'Agriculture français actualise une liste de produits non conformes. Parmi eux, plusieurs lots de frangipanes fabriqués en Belgique par Lotus. Ils contiennent du Fipronil. Pas de quoi mettre en danger la santé des consommateurs. Mais, les mesures indiquent que la concentration en Fipronil de ces produits dépasse la Limite Maximale de Résidus (LMR = 0,005 mg/kg). Ils doivent donc être retirés des rayons car ils ne respectent plus la réglementation. Rappelons que le Fipronil est un insecticide interdit dans la chaîne alimentaire.

En Belgique, tout va très bien, Madame la Marquise

En Belgique, l'AFSCA a décidé de ne pas communiquer cette liste de produits aux consommateurs. Mais, elle affirme avoir pris contact avec Lotus pour s'assurer que les produits soient retirés du marché belge. "Lotus nous a communiqué qu'ils mettaient en place le retrait le samedi 19 août", nous confirme Jean-Sébastien Walhin, porte-parole de l'Afsca.

Le lundi 21 août, Lotus Bakeries publie un communiqué sur son site web à 16h. L'entreprise explique avoir retiré quelques lots du commerce en Belgique. Elle conclut de manière rassurante: "les produits Lotus Bakeries actuellement disponibles dans les points de vente sont donc tous conformes à la législation en vigueur". Tout va très bien, Madame la Marquise. Vraiment?

Premier magasin, première erreur

3 images
Des produits Lotus contaminés au Fipronil encore présents dans les rayons © Tous droits réservés

Après ce communiqué, il ne nous aura pas fallu 5 minutes pour trouver un lot concerné. Dans un magasin Carrefour, deux paquets de mini-frangipanes Lotus avec comme date de durabilité minimum (DDM) le 12/09/17 et le 06/10/17 sont présents dans les rayons. Des dates qui collent à celles publiées sur le site du ministère français.

Nous effectuerons la même démarche chez Delhaize et Colruyt, mais sans succès. Par contre, dans un Intermarché, les frangipanes Lotus sont en promotion. Et, on trouve à nouveau une date concernée (DDM 04/10/2017).

Trois fois au-dessus de la limite

3 images
Des produits Lotus contaminés au Fipronil encore présents dans les rayons © Tous droits réservés

Nous portons ces 3 produits chez Primoris à Gand, un laboratoire accrédité pour la mesure du Fipronil. Les analyses confirment nos suspicions. Un des lots est bien contaminé (DDM 12/09/2017). On y retrouve 0,014 mg/kg, c'est-à-dire 3 fois au-dessus de la limite maximale en résidus. Même si on est bien en deçà du seuil de toxicité (0,15mg/kg pour les produits transformés), ce produit n'avait plus sa place dans les rayons car il n'est pas conforme à la législation. Ce rapide coup de sonde prouve que les paroles ne sont pas toujours suivis d'actes sur le terrain.

Une triple responsabilité

Qui est responsable? En première ligne, on trouve le producteur qui doit prendre toutes les mesures pour informer ses clients et faire en sorte que tous ses produits contaminés soient retirés des rayons. Notre demande d'interview a été purement et simplement refusée par Lotus Bakeries.

Dans un deuxième temps, les supermarchés ont également une responsabilité. Nous avons contacté Carrefour. On reconnaît "une erreur humaine. Toutes les dispositions sont prises pour qu'elle ne se reproduise plus".

Et enfin, l'Afsca est tenue de contrôler dans les magasins que les produits non conformes soient bien enlevés de la vente. L'agence affirme que " sur 1800 contrôles effectués, seulement deux procès verbaux ont été dressés pour des produits transformés". Mais, le porte-parole reconnaît qu'il est impossible de contrôler tous les magasins.

Le libre choix du consommateur?

La position de l'AFSCA reste inchangée quant à sa volonté de ne pas communiquer la liste des produits retirés du marché. Quand il n'y a pas de risque pour la santé des consommateurs, elle juge que ça n'a pas de sens. Une position qui n'est pas partagée par Test-Achats: "en France et en Angleterre, on publie une liste de produits. Le consommateur est en droit de savoir. L'Afsca a une communication qui se veut rassurante. Mais, on a l'impression qu'elle protège les intérêts du secteur avant de s'occuper de la santé publique. Ce qui devrait être la première de ses missions", lance la porte-parole, Julie Frère.

Ce simple test prouve que l'on ne peut pas se fier à 100% aux effets d'annonce. Une liste permettrait au consommateur de choisir en connaissance de cause, si oui ou non, il veut ingurgiter une dose de Fipronil, aussi infime soit-elle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK