Des masques bientôt en vente dans les supermarchés

Depuis le début de la crise, les masques type chirurgicaux ou FFP2 ont connu une inflation énorme !

Pour Frédéric Pietraszek, associé de la société située à Ghlin près de Mons, " il fallait trouver un moyen de maintenir des prix abordables sinon, c’est du racket à la santé ". Certain se vendent entre 4 et 15 euros pièce en pharmacie ou via d’autres revendeurs. 

À un moment ça va devenir obligatoire pour une certaine période. Pour une famille de 4 personnes, acheter 8 masques par jour c’est un gros budget

Notre idée est de produire en grande quantité pour tirer le prix vers le bas.

La société atteint actuellement un rendement de 170 000 unités pour l’instant. Elle prévoit de passer à 800 000 masques par semaine dès le début du mois de mai, puis à terme fournir 2 millions de masques chaque semaine. " Nous allons faire travailler tous nos partenaires à l’arrêt. Pour l’instant ils sont en Lituanie, au Portugal et en Allemagne, nous privilégions l’Europe, et nous espérons travailler avec des manufactures belges également ".

Des demandes venant de toute l’Europe

"La commune de Düsseldorf en Allemagne a déjà montré son vif intérêt pour une commande d’un million et demi de masques par semaine, Carrefour Europe en demande un million par semaine ". Certaines communes belges également, comme celle de la Louvière prévoient d’en commander en grande quantité. " Nous privilégions le marché belge avant de fournir le reste des pays européens. "

Ils devraient être bientôt disponibles dans les Colruyt, les Carrefour.

Les masques produits par la société montoise sont déjà en vente dans les magasins Match en Belgique. 

En produisant d’énormes quantités, la société tente de contrôler le prix de vente. De cette façon, nous gardons un contrôle sur le prix, nous évitons les spéculations abusives, et nous mettons en place une production si pas locale, au moins européenne ". Un masque réutilisable se vend 7,95 euros. Le prix de revient par utilisation est de 40 centimes.

FFP2 ? Chirurgicaux ? En tissus ?

Chaque masque peut être nettoyé une vingtaine de fois en machine à 60 degrés.

" Nous travaillons avec des textiles filtrants spécialement conçus pour ce type d’usage ", nous explique l’associé de la société montoise. Il ne s’agit donc ni de masques FFP2 ni de masques chirurgicaux.

Le revendeur affirme que les mailles utilisées sont assez fines pour garantir une bonne filtration, mais rien cependant ne prouve qu’ils soient aussi efficaces qu’un masque de type FFP2. Pour rappel, le masque FFP2 vous protège des infections extérieures alors que le masque " fait maison " en tissu ne protègera que les autres de votre éventuelle infection. De façon générale, il est toutefois recommandé de porter un masque peu importe qu’il réponde aux normes FFP2 ou non.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK