Des logiciels pour vous aider à contrôler vos données sur internet

Le règlement européen de protection des données est entré en vigueur fin du mois dernier et on peut désormais connaître auprès des entreprises mais également des fournisseurs de services du web, les informations nous concernant qui ont pu être collectées.

Toutefois, notre comportement peut aussi être source de dispersion de ces informations parce que, lorsque nous sommes connectés, les sites que nous visitons peuvent accéder à notre historique de navigation. Ce qui pourra les informer de nos habitudes et de nos centres d’intérêt. Nous devons donc être prudent avec nos données. Il existe de nombreux outils qui peuvent nous aider, notamment Opera, un navigateur internet alternatif, né en Norvège et dont la nouvelle version, devenue plus légère et plus rapide, vous offre une multitude de service vous permettant de contrôler vos données.

Concrètement, vous allez par exemple activer un bloqueur de publicités par défaut. Certains sites vous informeront que la publicité est indispensable pour assurer leur fonctionnement. Dans ce cas, s’il s’agit d’un site qui est connu et sûr, vous pourrez, au niveau des réglages du navigateur, créer une exception. L’intérêt de cette fonction de blocage, c’est qu’elle va aussi empêcher l’affichage de fenêtre qui, lorsque vous les cliquez pour les fermer, peuvent lancer l’installation de logiciels malveillants.

Les réseaux sociaux, source de dispersion et de partages de nos données personnelles 

Dans les réglages, on peut aussi définir ce qui doit être conservé au terme de notre utilisation. Dans la rubrique "Effacer les données de navigation", vous pourrez, par exemple, décider si vous acceptez que lorsque vous tapez un mot dans votre moteur de recherche, Opera puisse vous faire des suggestions sur base de votre activité antérieure. Vous pourrez aussi bloquer l’enregistrement automatique des mots de passe ou encore, vous pourrez demander à Opéra de vous protéger des sites malveillants. Dans ce cas, avant de vous y connecter, le navigateur fera une série de vérifications par vous éviter de mauvaises surprises.

Quant aux réseaux sociaux, leur utilisation est aussi source de dispersion et de partages de nos informations personnelles. Si vous voulez prendre un peu de distance vis à vis des leaders de ce domaine, il y a Diaspora qui a été lancé en 2010 par des adeptes du logiciel libre. Comme les autres, il vous permet de publier des messages et des photos mais il vous garantit la protection de vos données. Concrètement, il ne va pas vous cibler en analysant vos interactions et en les utilisant pour vous proposer, par exemple, des publicités ciblées. Si donc vous décidez de l’utiliser, vous pourrez choisir le lieu où seront hébergées vos données. Chez nous, le serveur le plus utilisé, c’est Framasphère qui est hébergé par Framasoft, une structure qui défend les logiciels libres et en fait la promotion.

Sur la plupart des réseaux sociaux, nos contenus sont souvent publics par défaut. La particularité de Diaspora, c’est que chaque fois que vous publiez quelques chose, vous devez définir qui pourra y avoir accès. Diaspora vous offre aussi la possibilité de partager avec vos amis qui font usage des réseaux comme Facebook, Twitter ou encore Tumblr tout en vous garantissant que vos données ne seront pas accessibles. Vous avez aussi la possibilité de suivre les sites d’actualités qui ont votre préférence via un système utilisant des hashtags comme vous le propose Twitter. Si donc, vous vous intéressez à la musique et à un groupe en particulier, en tapant, par exemple, PinkFloyd précédé d’un hashtag, Diaspora vous montrera les contenus mis en ligne par des utilisateurs qui partagent le même intérêt pour le groupe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK