Défi pour les fraises de Wépion : nouvelle organisation pour la récolte et la vente

Pour la famille Warnez, c'est une première en 80 ans d'histoire consacrée à la production de fraises : ils doivent réorganiser leur fonctionnement, un défi de taille pour ces producteurs de génération en génération !

Cette année encore la qualité des fraises de Wépion sera au rendez-vous, l'hiver a été très doux. Dans les 14 hectares de champs rien à signaler, tout s'est très bien passé, les plants de fraises ont bien passé le fil des saisons.

Les premières fraises provenant des serres chauffées seront en vente dès ce week-end de Pâques !

Des cabanes seront aménagées pour les circonstances avec des plaques de plexiglass, histoire de protéger le vendeur, l'acheteur et la marchandise.

Pour le reste de la saison, ce sera une question d'organisation à mettre en place. "Il va falloir compter sur l'aide de bénévoles pour la distribution, regrouper des commandes quartier par quartier. Il faudra que nous soyons créatifs pour la vente mais aussi pour la récolte" nous précise Luc Warnez.

Pour la récolte

Il va donc falloir trouver de la main d'oeuvre locale !

En raison de la fermeture des frontières belges et européennes, la récolte ne pourra plus se faire avec la main-d'oeuvre étrangère. D'habitude, l'entreprise de Wépion peut compter sur un réseau de coupeurs professionnels remontant d'Espagne mais cette année, pas question de venir en Belgique, confinement oblige !

"Il va donc falloir trouver de la main d'oeuvre locale, un personnel qui devra travailler à distance et qui devra aussi être formé à la cueillette en peu de temps", explique Luc Warnez.

Pour la vente

Il faut tenter de sauve la saison des fraises de Wépion !

Ici aussi, il va falloir trouver des solutions ! Les grandes surface seront approvisionnées et la vente dans les comptoirs aménagés le long de la route pourra se faire avec des éléments de protection en plus pour éviter qu'il y ait des contacts.

Via les réseaux sociaux, Luc Warnez espère aussi mettre en place des circuits de bénévoles, des livreurs quartier par quartier qui pourraient rassembler les commandes. Le producteur compte aussi, comme pour les autres saisons, sur les étudiants jobistes.

Le pic de la cueillette, c'est pour le mois de mai jusque fin juin, à raison de 4000 raviers par jour soit de 2 à 4 tonnes au quotidien durant toute cette période. 

D'ici-là, c'est un fameux défi qui attend le producteur pour mettre des choses en place et tenter de sauver la saison des fraises de Wépion.

2 images
Sauver les fraises de Wepion © Westend61
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK