Défi bénéfique : une rentrée des classes sans rien acheter de neuf

La rentrée scolaire, c’est sans doute le moment le plus délicat de l’année pour Florence et sa famille de trois enfants. Elle s’est lancée dans un défi particulier : ne rien acheter de neuf en 2019. Elle doit donc redoubler d’inventivité en cette période de gros besoins en matériel. Petit tour de ses solutions originales pour une rentrée très écologique.

1. La récupération

Première solution mise en œuvre par Florence, la maman : la récupération. "On fait le tri. Donc, on a repris des tas de choses des autres années puisque, voilà, l’objectif, c’est d’abord de voir ce que l’on a chez soi et on ne pense pas toujours qu’effectivement on a des fardes qui sont remplies des autres années avec des documents mais qu’il suffit d’enlever les documents pour récupérer les fardes qui sont souvent encore en assez bon état." L’intérêt de cette première étape est impressionnant. Pour cette famille, quatre-vingts pour cent des besoins sont déjà couverts par le matériel des années précédentes.

2. La seconde main

Ce qu’il manque, Florence pense le trouver entre autres dans une surface de produits d’occasion. Elle nous conduit chez les Petits-Riens, un magasin de seconde main, situé dans le quartier du Châtelain à Bruxelles. Tout semble ici en bon état. "Il y a un travail de tri qui est fait au préalable. Donc, les Petits-Riens se réservent le droit de refuser des dons qui sont des dons d’objets en trop mauvais état puisque l’idée effectivement, c’est de pouvoir revendre du matériel qui est en bon état, qui est présentable, réutilisable." Camille a besoin, elle, d’une lampe de bureau. Après quelques minutes, elle semble avoir trouvé son bonheur. "Quand tu achètes seconde main, tu peux acheter quelque chose qui ne se vend plus dans les magasins." On trouve donc ici des objets devenus rares, mais aussi peu chers. Leurs prix sont trois à quatre fois moins élevés que dans une surface classique.

3. La réparation

Les bons plans se poursuivent. Pour éviter d’acheter neuf, Florence privilégie aussi la réparation. On la suit lors de la récupération du cartable de sa fille Camille chez le cordonnier du quartier. "Ici, ça m’a coûté cinq euros de faire recoudre le cartable. Voilà ! Donc, il va passer en machine. Il sera tout propre, nickel."

4. L’emprunt

La suite est encore plus intéressante. Pour les livres scolaires, les romans et la documentation, Florence et ses enfants empruntent auprès d’une bibliothèque publique. Thomas, l’aîné, y trouve plus d’un avantage. "Quand tu empruntes, contrairement à quand tu achètes, les autres peuvent aussi en profiter parce que tu le rends. Il y a d’autres gens qui le prennent. Aussi le fait que quand tu empruntes, c’est gratuit."

5. La location

Florence, termine ses préparatifs avec une solution très originale. Pour des tenues de rentrées sans rien acheter de neuf, elle a pensé à la location de vêtements. "C’est vraiment chouette parce que moi, j’ai un abonnement mensuel, donc un abonnement de dix-neuf euros et pour ce prix-là, j’ai droit à trois vêtements. Il y a une assurance évidemment qui est comprise dans le prix ? Ça veut dire que si demain, mon enfant tâche, troue le vêtement, que j’estime qu’il n’est plus mettable, je le renvoie. J’en ai un autre que j’aurai choisi dans le dressing en ligne qu’ils proposent. Voilà et si le vêtement devient trop petit, idem, je peux choisir un autre vêtement." Finalement, leur défi "Rien d’neuf" leur fait faire de belles économies. Pour cette rentrée, cette famille aura dépensé quatre fois moins que les années précédentes.

Pour d’autres bons plans, rendez-vous sur le blog de Florence.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK