Déconfinement : Le jury central, grand oublié ?

Peu souvent évoquée, la situation des candidats qui présentent un jury. C’est le cas du fils de Xavier, l'un de nos téléspectateurs, et papa inquiet devant les incertitudes qui entourent les épreuves du jury central.

Cette filière alternative de la Fédération Wallonie-Bruxelles permet d’obtenir les diplômes nécessaires afin de poursuivre une scolarité ou la recherche d’un emploiLe candidat doit se former seul, à la maison, ou à l’aide de l’enseignement à distance. Elle concernerait plus de 2000 personnes.

Le fils de Xavier devait encore présenter deux examens oraux, l’un en avril et l’autre en mai, pour obtenir son diplôme de l’enseignement secondaire (CESS) et intégrer l’enseignement supérieur lors de la rentrée prochaine. La session d’examens qui a commencé en février est interrompue. Depuis, "C’est le flou", déplore Xavier. "Le site nous reporte tous les 15 jours pour une décision."

Une chose est sûre, toutes les épreuves organisées en présentiel aux jurys sont suspendues jusqu’au lundi 1er juin. Le site de l’administration nous apprend que le cycle se poursuivra exceptionnellement au-delà du 31 juillet. Mais jusqu’à quand ? Quand se dérouleront les épreuves ? Seront-elles organisées avant la rentrée dans le supérieur ? Ces étudiants pourront-ils intégrer les bancs de l’université ou d’une haute école en septembre ?

S’ils n’ont pas d’examens ou si la session est reportée à celle de début octobre, cela signifie qu’ils ratent une année universitaire ! Pour les parents, cela signifie une année sans allocation familiale.

A côté de ces incertitudes, la crainte du décrochage. "Difficile de rester concentré pour des examens dont on ne connaît pas la date. Comment maintenir un esprit de travail et garder la motivation ? " interroge Maurice Johnson-Kanyonga. Directeur du "Labo", un centre qui accompagne des jeunes en difficulté dans leur préparation des jurys, Maurice Johnson-Kanyonga nous rappelle l’obligation d’une épreuve certificative pour ces étudiants. "L’évaluation sur le travail de l’année est impossible pour eux, il faut donc obligatoirement trouver une solution."

"L’administration travaille et avance sur la question", nous dit-on du côté du cabinet de la Ministre de l’éducation, Caroline Désir. Le porte-parole de la Ministre, Jean-François Mahieu, se veut rassurant. 

L’objectif est bien sûr de pouvoir diplômer les étudiants avant la rentrée dans le supérieur en septembre

Et le plus tôt sera le mieux. Afin d’envisager sereinement l’avenir. Mais aucune date n’a été communiquée à ce jour.

2 images
Déconfinement : Le jury central, grand oublié ? © Mayu Tanaka / EyeEm - Getty Images/EyeEm

 


►►► À lire aussi : Ces écoles qui ne rouvriront pas ce lundi 18 mai


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK