De mon vivant, je prépare ma mort

De mon vivant, je prépare ma mort. On ne va pas en faire une idée fixe, mais en bon père de famille, responsable, de quelles manières puis-je anticiper ce moment qui nous concerne tous? Se pencher sur ses dernières volontés : dans les entreprises de pompes funèbres, on répond très souvent à cette demande.

Définir précisément ce que l'on souhaite

Marie-Lou est en pleine forme et en très bonne santé, elle profite de chaque instant de la vie. Elle vient néanmoins de consacrer un peu de son temps à préparer ses dernières volontés, à penser à sa mort.

Denis Fontaine est entrepreneur de pompes funèbres, il gère plus de mille décès par an. Ce qui est important à ses yeux, c'est de définir précisément ce que l'on souhaite. Laisser ses volontés chez un entrepreneur de pompes funèbres pour dire ce que l’on veut, il faut aussi l’enregistrer à la commune, elle pourra alors imposer les volontés du défunt.

Le cercueil, le plus important

Changement d'entreprise : j'ai moi aussi pris un rendez-vous pour un contrat de prévoyance funéraire. Coût du cercueil : de 700 à 1 400 euros. Pour les cercueils bio, c'est un peu plus cher. Le cercueil, c'est le poste le plus important. Pour le reste, une entreprise de pompes funèbres demande beaucoup de main-d'œuvre. Du cercueil à l'urne il n'y a qu'un pas. Pour l'entrée de gamme, c'est 100 euros.

Une fois les choses définies, il y a trois différentes possibilités pour financer mes dernières volontés. Soit j’ai l’argent de côté et mes enfants se débrouilleront. Soit je souscris à une assurance obsèques auprès d’une compagnie, ou alors j’ai de l’argent et je bloque la somme sur un compte. Histoire de gérer aussi mon patrimoine, un passage chez le notaire n'est pas superflu.

Dernier bon plan, il n'est pas interdit de fabriquer son propre cercueil en respectant certaines normes. 175 euros de matière première, les bonnes dimensions, un peu de savoir-faire et c'est la bonne affaire! Elle est pas belle la vie? 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK