Cri d'alarme des pharmaciens : "N'arrêtez pas votre traitement !"

Cri d’alarme des pharmaciens : « n’arrêtez pas votre traitement ! »
3 images
Cri d’alarme des pharmaciens : « n’arrêtez pas votre traitement ! » - © Tous droits réservés

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, de nombreux patients chroniques n’ont pas renouvelé leur traitement. Une véritable bombe à retardement. Les pharmaciens craignent les conséquences dramatiques que cela peut engendrer.

Si au début de l’épidémie les pharmaciens constataient une réaction de panique au sein de la population belge, avec une hausse de 50% de fréquentation, un rush sur le paracétamol, les gels ou encore la chloroquine, aujourd’hui, la situation semble être revenue à la normale. La fréquentation a diminué et les pharmaciens ne constatent plus de comportements irresponsables dans leurs officines. Cependant, la crainte est ailleurs. Certains patients chroniques ne renouvelleraient pas leur traitement, s’exposant ainsi à de lourdes complications.

L’arrêt du traitement est une véritable bombe à retardement !

" Certaines maladies chroniques, comme le diabète de type 2 ou l’insuffisance cardiaque, sont sourdes. C’est-à-dire que lorsqu’on interrompt le traitement, on ne va pas forcément observer de changements dans les 15 premiers jours. Pourtant, les dégâts pathologiques sont bien là ", s’inquiète Alain Chaspierre, secrétaire général de l’APB, l’Association Pharmaceutique Belge. Les conséquences peuvent être dramatiques. Les hôpitaux seront davantage sollicités. À éviter à tout prix en temps de pandémie.

Les médecins sont accessibles par téléphone

Pour beaucoup, la peur d’être contaminé par le coronavirus incite à ne pas se déplacer. C’est compréhensible. Certains n’osent même pas téléphoner à leur médecin, par peur de le déranger. C’est une erreur. Les médecins restent accessibles et peuvent transmettre les ordonnances par voie électronique vers les patients ou directement vers les pharmaciens.

Il est indispensable de poursuivre son traitement.

Reste encore à récupérer les médicaments… Catherine Herbillon, gérante de la pharmacie Dumon – Stockel n'a pas observé cette tendance dans sa patientèle. Cependant, elle insiste : " si le patient chronique ne sait pas venir chercher lui-même ses médicaments en pharmacie, il a deux solutions. Soit il envoie quelqu’un de confiance à sa place, soit, dans certains cas, nous assurons le portage à domicile. " Et même sans ordonnance du médecin, les pharmaciens avancent parfois les médicaments quand il s’agit d’un traitement chronique.

Prenez votre schéma de médication avec vous !

Avoir son schéma de médication actualisé avec soi peut littéralement sauver votre vie !

En cas d’hospitalisation, les pharmaciens de référence rappellent aussi aux personnes prenant plusieurs médicaments pour traiter une pathologie chronique d’emporter avec eux leur schéma de médication actualisé. " Quand on est hospitalisé et qu’on est en contact avec un prestataire que l’on ne connaît pas, le fait d’avoir un renseignement sur la médication est essentiel. Dans le cadre du coronavirus, certains médicaments sont administrés dans les hôpitaux, mais ceux-ci peuvent avoir des interactions graves avec certains traitements chroniques classiques ", précise Alain Chaspierre.

Si vous n’avez pas de pharmacien de référence, établissez une liste de ce que vous prenez, et conservez-là sur vous. C’est un élément clef, car avec ces informations, la sécurité de la prise en charge est davantage garantie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK