Covid et précarité : les bénévoles plus que jamais utiles !

Depuis le mois de mars dernier, des bénévoles ont été appelés en renfort dans différents secteurs d'activités pour soutenir l'effort sanitaire. Différentes plate-formes, comme l'AVIQ - agence wallonne pour une vie de qualité - ont lancé des appels en ce sens. Message bien reçu, dans les hôpitaux bien sûr mais pas seulement.

Avec la Covid, la pauvreté explose, les plus précaires sont davantage touchés et ce volontariat est plus utile que jamais.

De nombreuses organisations humanitaires fonctionnent toute l'année grâce à l'apport des bénévoles. C'est le cas de Médecins du Monde ou encore de la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés. Sans eux, aucune de ces deux organisations ne pourrait travailler auprès des populations vulnérables qu'elles soutiennent : les exclus du système de santé d'un côté et les migrants de l'autre.

Campagne contre la grippe

Donner accès aux soins de santé aux publics les plus vulnérables, c'est l'ADN de Médecins de Monde. Cette année encore, l'organisation a organisé une vaste campagne de vaccination contre la grippe en faveur des exclus des soins de santé dont font notamment partie les migrants. Un public particulièrement exposé puisque leurs conditions de vie rendent le respect des gestes barrière difficile. Jusque fin décembre, les équipes mobiles ont été au contact de ces populations.

Des centaines de jeunes ont déjà pu bénéficier de cette protection vaccinale. D'un point de vue logistique, ce genre d'opération mobilise de nombreux intervenants : il a fallu rassembler les jeunes dans un hôtel bruxellois, les accueillir, s'assurer de la présence d'interprètes pour leur expliquer l'objectif des soins, les vacciner enfin.

A chaque étape, des volontaires sont venus apporter leurs compétences. Ils ne sont pas rémunérés bien sûr - défrayés néanmoins pour leurs frais de transport - mais ils y trouvent leur compte d'une autre manière car leur présence a ici une belle valeur ajoutée : prodiguer des soins à des personnes qui seraient exclues des radars autrement.

3 images
Renfort bénévoles © Filippo Bacci - Getty Images

Covid : le renfort des bénévoles

Les hopitaux ont été les premiers à lancer un appel aux volontaires, dès le premier confinement. Ce sont d'abord de jeunes étudiants qui se sont mobilisés mais pas uniquement. Rapidement, le besoin de soutenir le personnel soignant dans sa vie quotidienne s'est fait sentir.

A Bruxelles, rien que pour la deuxième vague Covid, 300 volontaires ont répondu à l'appel des hôpitaux Iris.

A l'hôpital Brugmann, à Bruxelles, ils effectuent ainsi différentes tâches à finalité très variée : accueillir les patients en leur précisant les gestes barrière à l'entrée de l'hôpital ou encore procurer du soutien scolaire aux enfants du personnel pendant les congés. Plus étonnant, des séances de sophrologie à destination des soignants sont dispensées ou, de manière très pragmatique, des heures de repassage pour le linge privé du personnel.

3 images
Appel aux volontaires © Phynart Studio - Getty Images

Les règles du volontariat

Crise sanitaire ou pas, les règles qui encadrent le volontariat n'ont pas été modifiées. Elles tiennent essentiellement en 4 points :

  • Le volontaire doit être informé du statut de l’organisation
  • Il doit être couvert en responsabilité civile
  • Tenu éventuellement à un devoir de discrétion
  • Il peut éventuellement enfin être défrayé mais pas au-delà de 1388, 44 euros   

Comment devenir volontaire ?

Le secteur de l'aide sociale continue d'avoir besoin de renfort surtout avec la crise sanitaire que nous connaissons.

Alors si vous avez envie de vous joindre à l'effort, c'est le moment où jamais : vous trouverez toutes les infos utiles auprès de la Plateforme francophone du Volontariat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK