COVID-19 : même minoritaires, les complotistes prennent trop de place

Des images d’hôpitaux qui débordent, de patients intubés, de personnel soignant sur le toit de leur hôpital pour supplier les citoyens de limiter leurs contacts… rien n’y fait. Dans la population, certains irréductibles sont persuadés que tout cela n’est que mascarade. De négationnistes, ils se sont carrément transformés en complotistes.

La théorie du complot a la dent dure

Le phénomène n’est, hélas, pas confidentiel. Les complotistes donnent de la voix et pas seulement sur les réseaux sociaux.

Certains m’ont dit qu’on avait mis des mannequins dans les lits d’hôpitaux pour jouer le rôle de malades !

Il y a deux semaines, Françoise Choquet, la maman de Louis, 15 ans, témoignait de son désarroi sur la télévision locale, Notélé. Son fils avait dû être hospitalisé en urgence. Atteint du covid-19, 75% de ses poumons étaient atteints. Aujourd’hui, Louis est tiré d’affaire.

Sa maman, Françoise respire enfin mais elle se dit interpellée par le nombre de réactions négatives qu’elle a reçues. " Certains m’ont carrément accusée d’avoir été payée par Notélé pour mon témoignage. D’autres m’ont dit qu’on avait mis des mannequins dans les lits d’hôpitaux pour jouer le rôle de malades ".

Cette théorie délirante se répand de plus en plus. Aujourd’hui, dans certaines boîtes aux lettres, arrivent des toutes-boîtes dénonçant un vaste complot, parlant de mensonges et de tromperies.

En 6 ans, c'est la première fois que je reçois des messages accusant la RTBF de truquer un reportage.

La RTBF, elle aussi, en prend pour son grade. Au service médiation, on n’avait jamais vu ça. " Je travaille dans ce service depuis 6 ans, nous dit Louise Monaux, jamais je n’avais reçu des messages accusant la RTBF de truquer un reportage ". Ces témoignages portent sur un tournage réalisé dans l’unité COVID du CHU de Charleroi. On y voit des malades intubés, un va-et-vient d’hospitalisations et une infirmière pleurant sous son masque tant la situation est difficile.

A la suite de ce reportage, des téléspectateurs ont mis en doute l’authenticité des images. Morceaux choisis : " reportage monté de toutes pièces " ; " Bravo aux comédiens que vous avez engagés pour faire pleurer dans les chaumières ". " Ce type de réactions, nous en avons reçu une dizaine, explique Louise Monaux, ce qui est inquiétant que certains d’entre eux ont été likés et/ou partagés plus de 300 fois sur Facebook. "

Pour nous, c’est un nouveau coup de poignard dans cette deuxième vague !

A l’hôpital de Charleroi où le reportage a été tourné, même topo. " Nous avons reçu ces mêmes genres de réactions complotistes, nous dit Frédéric Dubois, le porte-parole. Pour nous, c’est un nouveau coup de poignard dans cette deuxième vague. "

Comment expliquer ces réactions ?

Alors comment expliquer ces tendances complotistes ?

Ces complotistes sont persuadés de détenir une autre vérité, leur vérité.

Pour Olivier Klein, spécialiste en psychologie sociale à l’ULB, ces personnes sont persuadées que ceux qui respectent les mesures sont des moutons qui ne font que suivre les recommandations des autorités. " Ces complotistes refusent à tout prix d’être des moutons et sont persuadés de détenir une autre vérité, leur vérité. "


►►► À lire aussi : Non, ce reportage ne montre pas de "faux patients" Covid pour "faire pleurer dans les chaumières"


Certes, ces complotistes sont minoritaires, mais ils prennent beaucoup de place. Peut-être leur discours arrangent-ils bien ceux qui ont du mal à s’adapter à des mesures plus restrictives. Ils viennent, en tout cas, polluer un débat qui devrait être entièrement concentré sur une seule question : l’urgence sanitaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK