Cours à domicile : les aides pour réduire la f(r)acture numérique scolaire

Monsieur et madame Giannelli que nous avons rencontrés dans un village du Hainaut vivent des moments difficiles. Tout d’abord, ce père et cette mère de famille ne peuvent plus ni l’un ni l’autre travailler pour des raisons de santé. Ensuite leurs deux fils doivent suivre des cours à distance, une nouvelle charge à assumer. Détail de leur facture numérique.

Du matériel de récup

Pour le matériel, ils n’avaient pas d’autre choix. Ils l’ont récupéré d’occasion dans une donnerie, mais il était dans un état plutôt déplorable, comme nous l’explique Bryan Giannelli, le plus jeune des deux fils et élève en troisième secondaire : "On a dû se débrouiller avec ce qu’on avait, un PC cassé. On a réussi à le réparer pour qu’il soit relié à cet écran-là et voilà, il tourne pour l’instant. Il a beaucoup de mal par contre : le temps de chargement, le temps qu’il comprenne ce qu’on lui demande, par exemple, si je dois aller sur une application. Il y a des fois, il ne comprend pas. Des fois, il faut le rallumer, c’est tout un jeu."

De plus, Bryan doit partager cet ordinateur de fortune avec son frère. Parfois, ça coince, comme il nous l’explique : "Quand il a vidéoconférence en même temps que moi, donc là, j’essaye de m’arranger avec les professeurs."

Les professeurs parfois comprennent, heureusement, mais Bryan parfois rate des cours et se retrouve de la sorte défavorisé par manque de moyen informatique suffisant.

La connexion, la plus grosse dépense

Ce matériel de fortune n’a donc pour ainsi dire rien coûté, mais par contre, il y a une dépense récurrente et importante, pour que les enfants soient connectés à leur école, c’est l’abonnement à Internet. Lionel Giannelli, le père de famille, l’avoue : "Ici, actuellement, je paie 68 euros par mois. C’est un gros budget, parce qu’il n’y a pas que ça." 

Après le paiement de cette connexion devenue obligatoire, cette famille doit évidemment toujours se nourrir. Elle peut heureusement compter sur des colis alimentaires de la Croix Rouge. Grâce cette aide et grâce à la récupération de matériel, la famille a pu tenir le coup. "Ça commence à peser très lourd. Et comme on n’a pas le choix, ce n’est pas évident. Pour l’instant, tant que ça tient, ça tient, ça marche. Après, je ne sais pas, on verra, si on sait avoir des aides ou avoir un autre en prêt, je ne sais pas." s’interroge Lionel Giannelli, le père de famille.

Où trouver de l'aide ?

Pour ceux qui comme cette famille éprouvent des difficultés, plusieurs aides se mettent en place. Elles peuvent être sollicitées auprès des écoles ou des CPAS. Fabrice François est le président du CPAS d’Hensies. Pour cette famille rencontrée dans sa commune, il nous explique ce à quoi, elle pourrait prétendre : "Au niveau des CPAS, on a reçu un subside de la Région Wallonne qui nous permet d’aider les gens suite à une enquête sociale, bien évidemment, pour l’achat d’un ordinateur, d’une imprimante, de cartouches, d’un abonnement… Tant qu’il n’arrive pas à un certain montant qu’on a décidé au niveau du conseil de l’action sociale. On a mis un plafond pour justement qu’on puisse aider le plus de gens possible." A Hensies, ce plafond d’aide est de 800 euros par famille. C’est une aide substantielle, car même à distance, l’école doit rester, a priori, gratuite.

Liens utiles

1. Opération Le digital pour tous de Proximus

2. Une plateforme d’entraide

3. Ce qu’offre la Wallonie

4. Ce qu’offre la Fédération Wallonie-Bruxelles

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK