Coton-tige en voie de disparition : on a testé 6 alternatives

Le coton-tige en plastique est en voie de disparition. Trop nocif pour la planète. Comment se passer de ce bâtonnet ouaté pour se laver les oreilles autrement ? Nous avons testé plusieurs alternatives.

Vade retro cotons-tiges en plastique. Trop polluants pour la planète. Trop souvent jetés dans la cuvette des toilettes, ces bâtons ouatés finissent inéluctablement dans les rivières et les océans. Alors l’Europe a décidé de les faire disparaître des rayons pour le 1er janvier 2020. Mais pourquoi attendre l’interdiction avant de changer notre façon de nous laver les oreilles ? Willy qui habite Dison, près d’Andrimont, a testé les alternatives que VOUS nous avez "soufflées" via Facebook.

L’aiguille à tricoter ? Willy, notre testeur, a trouvé cela original et un peu délicat… L’ORL, Vincent Mustin, des cliniques de l’Europe, a estimé cela très dangereux comme le trombone ou les pinces à cheveux. Willy n’avait jamais pensé au trombone mais il avait déjà utilisé les pinces à cheveux de sa femme. Au final, notre testeur ne trouve pas cela très écologique vu que c’est de nouveau un objet de consommation à usage unique que l’on jette à la poubelle après usage. Notre spécialiste bannit les deux car on peut perforer son tympan.

Des cotons-tiges en papier ou en carton

Il existe des cotons-tiges en papier ou en carton mais on peut aussi en faire un maison avec une allumette et un peu de coton. Pourquoi pas, mais attention au coton qui pourrait se détacher et se retrouver dans le conduit auditif car notre ORL a souvent le cas de personnes qui viennent à son cabinet pour retirer les bouts de coton restés dans le conduit.

L’oriculi : un petit bâton en bambou réutilisable (4 euros). Willy ne trouve pas cela très hygiénique et a peur qu’un enfant avale la petite boule au bout qui se retire facilement ou ne se perce un œil ou le tympan vu le côté long et pointé de l’engin. Vincent Mustin, ORL aux cliniques de l’Europe, n’est pas contre, si on n’utilise que le petit bout recourbé.

Le cure-oreille métallique (4,95 euros) vendu en pharmacie. C’est celui que Willy préfère et aussi notre ORL à condition de ne pas aller trop loin dans le conduit auditif (qui fait 2,5 cm de long avant le tympan) car si on va trop loin on repousse son cérumen et on peut créer un bouchon. Plus simple encore, mettez dans votre pavillon un peu d’eau lorsque vous prenez votre douche et séchez votre conduit avec une serviette.

Nettoyer ses oreilles, pas du tout indispensable

Notre ORL nous explique que nettoyer ses oreilles n’est pas du tout indispensable : " Il ne faut pas se nettoyer l’intérieur de l’oreille. Le cérumen est une protection naturelle contre les infections et hydrate le conduit. De plus, l’oreille s’auto-nettoie, et c’est lorsque cette cire sort du conduit que l’on peut nettoyer l’extérieur du conduit juste avec une serviette de bain. Le moment idéal, après une douche ".

Et si on ne peut se passer d’aller gratter ce conduit qui nous grattouille ? Soyez prudents car cela peut causer des blessures internes, des infections et même des traumatismes graves. Seul le " méat ", entendez l’ouverture de l’oreille, mérite une petite toilette quotidienne. Le cérumen protège votre conduit auditif de toutes sortes d’attaques de microbes, d’insectes ou de poussière qui pourrait y avoir dans l’environnement. Son rôle est antibactérien et antifongique. Se chatouiller l’oreille avec son auriculaire oui ! Mais allez plus loin vers le tympan, dans le conduit auditif, NON ! Cela peut-être dangereux !

Reportage sur le prochain banissement des cotons-tiges dans notre journal télévisé (janvier 2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK