Cotisation, abonnement sportif : vais-je être remboursé ?

Cotisation, abonnement sportif : vais-je être remboursé ?
6 images
Cotisation, abonnement sportif : vais-je être remboursé ? - © JW LTD - Getty Images

La crise du coronavirus met à mal le secteur sportif. La majorité des salles de fitness et des clubs sportifs sont toujours fermés. Mais dans la plupart des cas, les abonnements et cotisations courent toujours. Puis-je recevoir un remboursement ? Quelles alternatives me sont proposées ? Éléments de réponses.

À première vue, il ne semble pas juste de poursuivre le payement d’une cotisation ou d’un abonnement alors qu’on ne peut plus bénéficier des services.

Légalement, rien n’oblige une salle de fitness ou un club sportif à rembourser ses membres, même partiellement !

Des compensations dans les salles de fitness

Dès le début de la crise, une solidarité s’est mise en place du côté des salles de fitness. La plupart des centres ont offert à leurs membres différentes alternatives pour traverser cette période hors du commun.

Légalement, ces salles n’ont aucune obligation de remboursement. Ce sont les modalités du contrat qui prévalent. Il s’agit donc d’un "geste commercial".

Les grandes enseignes, comme Basic-Fit ou encore JIMS, proposaient ainsi à leurs membres de geler provisoirement l’abonnement. D’obtenir un remboursement sous forme de remise. De le faire évoluer gratuitement vers un abonnement Premium. Ou encore de ne pas recevoir de compensation et ainsi soutenir les salles de fitness dans cette crise.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Les plus petites salles, elles aussi, sont solidaires. À Dinant, Marie Bouziotis, gérante de MP Studio a décidé de geler tous les abonnements.

C’est la solution la plus juste. Et même si nous sommes dans de lourdes difficultés financières, nous ne voulions pas imposer un payement à nos membres qui eux aussi sont peut-être en difficultés.

Une situation bien différente dans les clubs sportifs

Les clubs sportifs eux ne semblent pas pouvoir offrir si facilement de compensations. En effet, les pertes sont telles que plus de 25% d’entre eux se déclarent dans de lourdes difficultés financières. Inquiète pour la trésorerie de ses membres, l’Association interfédérale du Sport francophone (AISF) est intervenue auprès de la ministre fédérale des Consommateurs Nathalie Muylle (CD&V). La réponse concernant les cotisations annuelles est claire. Serge Mathonet, directeur de l'AIFS commente : 

 Rien n’oblige les associations sportives à rembourser à leurs membres tout ou partie de la cotisation perçue. Cependant, un club, s’il en est capable financièrement, peut décider de procéder à un remboursement ou de proposer une réduction de cotisation pour la saison prochaine. 

Les différentes fédérations sportives ne donneront, à priori, aucune consigne tant les situations varient d’un club à l’autre. Chaque club pourra donc décider, si oui ou non, il offrira une compensation à ses membres.

Dans un sondage réalisé par l’AISF, sur un échantillon de plus de 2000 clubsun quart d’entre eux ont reçu des demandes de leurs affiliés pour un remboursement d’une partie de leur cotisation. Seulement 28% des clubs y sont favorables. En revanche, 54% seraient prêts à octroyer une compensation sur les cotisations 2020-2021. 45% voudraient proposer des activités complémentaires pour compenser la perte. Enfin, 56% des clubs interrogés ne comptent poser aucune action.

Stages et évènements sportifs

En revanche, les stages et évènements sportifs qui ne peuvent avoir lieu en raison du confinement feront l’objet d’un remboursement ou d’un bon à valoir, délivré selon différentes conditions (à découvrir via ce lien). Si l’activité initialement proposée n’est pas réorganisée dans ces conditions, le participant peut avoir droit à un remboursement.

Par ailleurs, la ministre des Sports Valérie Glatigny invite les parents ayant inscrit leurs enfants dans un centre de vacances à ne pas récupérer les frais d’inscriptions. En contrepartie, ils conserveront le bénéfice de la déduction fiscale à laquelle cette inscription donne droit. Cet appel s’adresse aux parents pour lesquels un tel geste financier est possible. Il vise à éviter que les organisateurs de stages de vacances (plaines de jeux, camps, stages sportifs) ne rencontrent de trop lourdes difficultés financières à la suite de la crise liée au Covid-19.

De son côté, Marx Xhonneux, directeur de la communication à l’ADEPS, déclare :

 Les stages de pâques sont remboursables et les inscriptions pour les stages d’été se font sans acompte. 

De manière générale, c’est une fois de plus l'effort collectif qui nous permettra de sortir de cette crise.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK