Coronavirus : Pourquoi ne profitons-nous pas du lockdown pour éteindre l'éclairage public ?

Dès 22h, les rues se vident, les places sont désertées, pas de piéton, de cycliste, de voiture ou presque… alors pourquoi ne pas en profiter pour éteindre l'éclairage public ?

Certains y pensent, mais peu le font et pour plusieurs raisons souvent méconnues du public.

Pourquoi est-ce compliqué de faire des économies d'énergie sur le dos de l'éclairage public ?

Ce qui est connu

La moitié de l'éclairage nocturne des autoroutes de Wallonie est déjà éteinte de minuit trente à 5h30 chaque nuit. Certaines zones plus dangereuses comme les échangeurs ou les ponts restent éclairées pour raison de sécurité.

Pour l'instant pas de modification prévue à ce fonctionnement jusqu'à nouvel ordre et sans doute jusqu'à ce que le nouvel éclairage Led soit complètement installé partout d'ici 2030.

Une question de sécurité oui mais pour qui ?

Pour les travailleurs nocturnes bien sûr. Ce qui implique non seulement les gens qui rentrent tard, ou qui partent tôt comme les boulangers, les facteurs, les services de gardes de nuit etc... et puis, c'est important, pour tous ceux qui se préparent à assurer le service hiver sur les routes.


►►► À lire aussi : Télétravail, qui va payer vos factures ?


Ce qui est moins connu

Dans les villes et villages, ce sont les bourgmestres qui sont responsables s'il y a un accident et qu'on peut prouver qu'il est du à un éclairage défaillant. Ils ne sont donc pas très nombreux à prendre le risque !

Sécurité mais aussi faisabilité

Il faut savoir que le réseau d'éclairage est souvent partagé par plusieurs communes, par quartier, voir par rues. Qu'il faudrait donc un accord a plusieurs pour éteindre un quartier ou une zone partagée. Qu'il faut mandater un agent pour le faire sur la berne concernée.

Lorsque qu'on éteint une zone, c'est toute la zone qui est éteinte y compris les lieux dangereux qui doivent resté éclairés !

Actuellement, l'interrupteur n'est pas "télécommandable". Mais le plus compliqué c'est que, lorsque qu'on éteint une zone, c'est toute la zone qui est éteinte y compris les lieux dangereux qui doivent resté éclairés... Quand on coupe, on coupe tout !

Dans le futur, ce sera beaucoup plus facile !

On remplace les vieilles ampoules par du Led et ce nouvel éclairage sera opérationnel partout d'ici 2030 et même avant dans certaines communes et dont on pourra régler l'intensité en fonction des besoins. Il existe déjà des zones pilotes dont un quartier de Wavre.

Tout l'éclairage public qu'il soit autoroutier ou sur les voiries communales et régionales est en train de se moderniser.

De plus, dans un avenir plus lointain, on pourrait placer des boitiers sur les lampadaires qui permettront un éclairage "intelligent" c'est-à-dire qui s'allumeront et s'éteindront aux passages des piétons, cyclistes et véhicules… 

En attendant

La nuit restera éclairée… Alors, gâchis énergétique, pollution lumineuse ? Vous trouvez l'éclairage public rassurant ? A vous de voir !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK