Coronavirus : A quand les tests antigéniques rapides ?

Les tests antigéniques rapides font partie de ce qu'on appelle la stratégie 2.0 en matière de testing.

On nous l'a annoncé fin novembre. Ils ne sont pas utilisés partout mais ils permettent d'écarter rapidement une personne malade d'une collectivité.

Ces tests sont-ils fiables ?

Comment fonctionnent-ils ?

Un test antigénique rapide, c'est aussi désagréable qu’un test PCR. Le grand avantage, c’est qu’on obtient le résultat beaucoup plus vite.


►►► À lire aussi : Quand faut-il se faire tester ?


Le prélèvement s’effectue toujours avec un écouvillon dans le nez, là où la charge virale est la plus importante. On plonge la tigette dans la solution et 30 minutes plus tard les réactifs livrent leur verdict.

Où faire ces tests antigéniques rapides ?

Il ne s’agit pas d’auto-tests, ils doivent être réalisés par un tiers.

On les retrouve :

- dans les centres de prélèvement par exemple

- chez les généralistes

- ou encore dans des collectivités, comme une école ou une maison de repos par exemple.

L'idée est avant tout d'isoler rapidement une personne infectée au sein d'un groupe et d'éviter une contamination plurielle.

Quelle fiabilité ?

Leur fiabilité dépend essentiellement de la charge virale du candidat.

Ils sont adaptés aux personnes symptomatiques qui portent une charge virale importante. Dans ce cas, la fiabilité est excellente et comparable à un test PCR.


►►► À lire aussi : A quel test se fier ?


Par contre, un résultat négatif au test ne signifie pas que la personne n'est pas infectée et demande donc des investigations complémentaires en cas de suspicion ou de doute .

2 images
© Tous droits réservés

Où sont-ils fabriqués ?

Des tests antigéniques rapides nous en fabriquons en Belgique mais jusqu'à présent, ils partent à l'exportation, à hauteur de 90%. Motif : à ce jour, ils n'ont pas été agréés par l'AFMPS.

En région liégeoise, Coris avec le concours logistique d'Unisensor en produit 70000 par jour, à destination de marchés étrangers comme l'Espagne, le Portugal ou encore la Russie. Elle pourrait tripler ses capacité de production en cas de besoin et de commande massive.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK