Contrôles techniques à nouveau ouverts : des procédures différentes

Ils avaient tous fermés leurs portes au grand public dès la mi-mars. Les centres de contrôle technique sont officiellement à nouveau ouverts partout dans le pays. Mais avec quelques différences selon les régions.

Ainsi, l'ouverture à Bruxelles n'est que partielle. Elle concerne les occasions ou les véhicules qui avaient reçu une carte rouge avant le confinement. C'est grosso-modo la situation que la Wallonie avait instaurée dès le 6 avril. Mais la capitale n'a pas rattrapé son retard bien longtemps puisque dans les deux autres régions, la réouverture est maintenant totale, les centres fonctionnant à plein effectif (enfin, ce sera surtout le cas dès demain mercredi). 

Wallonie et Flandre sur un même pied

En Flandre, la décision est tombée la semaine dernière et les centres de contrôle ont pu ouvrir leurs portes ce lundi 4 mai.

En Wallonie, le gouvernement a donné son aval lundi après-midi pour une mise en application ce mardi 5 mai. Mais vu le délai assez court, ce n'est vraiment que ce mercredi 6 mai que la reprise sera complète. Quoi qu'il en soit, les prises de rendez-vous peuvent de nouveau avoir lieu et, pour avoir tenté l'expérience ce matin, il faut prendre son mal en patience car les serveurs d'Autosécurité sont un peu saturés. Pourtant, il n'y a aucune urgence. Tous les véhicules dont la validité de certificat venait à échéance pendant le confinement bénéficient de six mois de prolongation (quatre mois pour la Flandre). Et ceux dont la validité expire fin mai bénéficient d'un mois de délai supplémentaire et seront traités en priorité. Comme c'est automatique, il est logique que vous n'ayez pas reçu de lettre ou message de confirmation, mais c'est bien effectif.

En Région de Bruxelles-Capitale, les négociations sont en cours pour obtenir le même statut que dans les deux autres régions. Du côté des centres de contrôle que nous avons contactés, on a bon espoir de s'aligner sur la Flandre et la Wallonie "dans les prochains jours". Précisons qu'ici aussi, une prolongation de six mois de la validité du certificat de visite est dores et déjà acquise.

Mesures de précaution différentes

En fonction des centres d'examen et des régions, les clients constateront quelques différences de fonctionnement lors du passage de leur véhicule.

Dans certains cas, comme dans les lieux gérés par Autosécurité en Wallonie, le conducteur devra rester la plupart du temps à bord alors qu'à Bruxelles, c'est un employé qui prendra le volant pour la totalité de la chaîne. C'est probablement cette deuxième option que devrait choisir AIBV, l'autre opérateur wallon, mais qui dispose également de centres en Flandre.

A Bruxelles, le conducteur ne sera pas obligé de porter un masque alors que c'est le cas en Wallonie. Mais dans toutes les régions, les contrôles ne s'effectueront que sur rendez-vous. Partout, on veillera aux distances de sécurité, on exigera le paiement par carte, on proposera éventuellement du gel hydroalcoolique et des lingettes et le personnel sera équipé comme il se doit (gants, masques, visières). 

Enfin, rappelons que rien ne vous oblige à passer le contrôle technique dans votre région. Tout comme le permis de conduire (pour lequel les examens sont toujours suspendus), vous pouvez aller où bon vous semble dans le pays.

Comme il sera assez difficile de rattraper le retard qui concernerait 200 000 véhicules, la consigne est claire : pas de précipitation ! Aucun agent ne vous verbalisera si votre certificat de contrôle technique n'est plus valable car la date limite tombait pendant le confinement. Tous sont au courant de la prolongation. Cela laisse donc pas mal de temps pour mettre sa voiture en état. 

Le 09 avril dernier, les centres reprenaient uniquement sur rendez-vous (reportage JT)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK