Comment les banques ont imposé le distributeur de billets

En 1967, le premier guichet automatique voit le jour à Londres. J’ai eu l’idée d’un distributeur de tablettes de chocolat. J’ai ensuite remplacé le chocolat par des billets, explique son inventeur John Sheperd Barron. Le système est inédit : on introduisait un carton imprégné de matériau radioactif (non dangereux rassurez-vous), ensuite on composait son code. L’année suivante, la Paymatic débarque à Bruxelles, une machine de la société générale. L'objectif : attirer de nouveaux clients. Il y a la volonté de la banque d'envoyer un signal aux consommateurs des sixties nous raconte l'historien de la banque BNP Paribas Fortis Jean-Louis Moreau : "vous pouvez récupérer votre argent quand vous le désirez, car beaucoup de gens plaçaient à l'époque leur surplus en dessous de leur matelas, les salaires étaient donnés en cash dans une enveloppe". Les banques ont ainsi convaincu les gens d'ouvrir un compte en banque. Les premiers distributeurs étaient d'ailleurs souvent placés dans les grandes entreprises (RTB-BRT, Siemens, usines Ford, hôpital Brugman), pour que les salariés aient la possibilité de retirer facilement leur argent.

Mistercash vs Bancontact

L’étrange machine va devenir réellement populaire à partir de 1977 : pour la première fois un système- Mistercash- permet de relier le terminal à la base de données. Avec Mistercash et Bancontact, on pouvait demander un montant déterminé et consulter son compte. Mais, il a fallu attendre 89 pour fusionner les réseaux. Auparavant, certains commerçants n'acceptaient qu'une des deux cartes. 

Fin 80 le distributeur s'impose dans le paysage, les paiements par carte aussi grâce au développement de la puce électronique. Aujourd’hui il y a 2 millions de distributeurs dans le monde entier. 40 milliards d’euros ont été retirés en 2016 rien qu'en Belgique. Et pourtant cette machine est menacée par la monnaie virtuelle : il y a les paiements par carte bien-sûr mais aujourd'hui il suffit d'un gsm ou d'un bracelet connecté pour faire ses achats. Plus besoin de cash. Le distributeur a du souci à se faire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK