Coiffer ou se faire coiffer au-delà de nos frontières : une bonne idée ?

La tentation est grande pour tou.te.s de se rendre quelques heures dans un pays voisin pour se faire coiffer… surtout si votre coiffeur habituel a décidé de franchir lui-même le frontière.


►►► À lire aussi :  Le #coiffeursàpoil, une action de soutien pour des métiers en crise


Michaël Del Bianco a fait son petit " business plan " en ce sens. Il dirige deux salons de coiffure où il emploie vingt personnes : un à Heusy, près de Verviers et l’autre à Haccourt près de Visé,  à un jet de pierre de la ville hollandaise de Maastricht. Mais il a découvert que ce ne sera pas très facile de développer son activité aux Pays-Bas. Sa clientèle risquerait aussi de ne pas risquer de passer la frontière étant donné que, ni le gouvernement belge, ni le gouvernement hollandais estime que ce voyage pour aller se faire coiffer est " essentiel ". 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK