Ces huiles d'olive qui ont l'air italiennes mais qui ne le sont pas

Après avoir effectué le classement des meilleures et des pires huiles d'olive, On n'est pas des Pigeons s'intéresse, cette fois, à l’origine géographique de ce produit. De nombreux consommateurs associent l'huile d'olive d'origine italienne à un produit de qualité. Or, pour Robert Remy, consultant en alimentation, ce n'est pas justifié. "C'est un peu comme le vin. Il y a de très bonnes huiles d'olive italiennes comme il y en a de médiocres. La qualité dépend surtout de la récolte des olives et de la méthode d’extraction. On trouve d'ailleurs d'excellentes huiles d'olive espagnoles, grecques, françaises ou tunisiennes."

Les marques trompent-elles le consommateur ?

Deux à trois fois plus chère que l’huile d’olive espagnole, l’huile italienne bénéficie d’une aura particulière auprès des consommateurs. Certaines marques n’hésitent d'ailleurs pas à exploiter l’image de l’Italie. Bertolli, Carapelli, Filippo Berio, De Cecco, ces quatre marques ont une consonance italienne. Sur leurs étiquettes, les textes sont écrits dans la langue de Dante. Bertolli et Carapelli référencent même des adresses en Toscane. Et que penser de l’huile Via Italia qui arbore un drapeau vert-blanc-rouge? Pour de nombreux consommateurs, ces indices ne laissent planer aucun doute sur l'origine du produit. Pourtant, quand on prend sa loupe, on découvre que toutes ces huiles d'olive ne sont pas originaires d’Italie mais de l’Union européenne. "Quand la marque ne dit pas clairement de quel pays est originaire l'huile, généralement, ce sont des mélanges, des assemblages d'huiles issues de différents pays de l'Union européenne", précise Robert Remy.
 

Quand vous regardez l'étiquette, vous vous dites que l’huile d’olive est italienne mais en réalité ce sont des mélanges d’olives qui viennent de différents pays de l’Union européenne

Pour le consultant en alimentation, Robert Remy, il s’agit purement et simplement de tromperie : "C’est illégal de tromper le consommateur sur l’origine du produit en affichant un texte en italien, un drapeau italien ou une adresse en Italie alors que l’origine n’est pas l'Italie."

Ces pratiques n’ont pourtant rien d’illégal, selon le SPF Economie. L’administration réfute toute accusation de tromperie car l’origine est clairement indiquée sur l’étiquette. Au consommateur, une fois de plus, d’être vigilant et de bien lire ce qui est écrit en tout petit sur l'étiquette.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK