Carte routière et carte topographique : le papier n’a pas dit son dernier mot !

Elle a longtemps été synonyme de départ en vacances, et aussi parfois de discussion animée dans la voiture. C’est la carte routière !

Avec l’arrivée du GPS, les trajets sont plus sereins, et les cartes disparaissent progressivement de nos boîtes à gants. Elle représente pour beaucoup un objet un peu désuet. Pourtant, la carte en papier résiste bien.

Les cartes thématiques ont la cote

Les gens aiment encore visualiser le trajet complet, et pas juste un bout sur un écran.

Chez A.S.Adventure, les cartes routières ne sont pas vraiment un succès en termes de ventes, loin de là.

Par contre, les cartes thématiques, comme la route des vins, les cartes cyclo ou les cartes de randonnées ont toujours la cote. Particulièrement depuis un an avec le confinement.

"Les gens aiment encore visualiser le trajet complet, et pas juste un bout sur un écran, et puis c’est aussi un objet souvenir.", observe Alessandro Bortuzzo, gérant A.S.Adventure à Wavre.

Même constat du côté de l’Institut Géographique National

3 images
Carte topographique © https://www.ngi.be

"Il y a eu un gros boom, parce que les gens ne pouvaient plus partir à l’étranger. Ils se sont donc intéressés à la carte belge, à nos cartes touristiques et à nos cartes topographiques" , nous explique Michèle Michiels, responsable des ventes à l’IGN.

D’autant que le confinement a coïncidé avec la naissance du webshop de l'institution. De quoi booster les ventes auprès des particuliers. En 2020, l’IGN a vendu plus de 145.000 cartes.

Les cartes topographiques classiques se vendent toujours. Et les cartes touristiques, éditées par exemple à la demande des maisons de tourisme, sont toujours très demandées. Comme les thématiques bien spécifiques : les cartes pour cavaliers, les sites de la Grande Guerre, la route des abbayes etc.

En randonnée, la carte reste une fidèle compagne de voyage

3 images
© Tous droits réservés

Bien sûr, les GPS, smartphones, montres connectées sont passés par là et offrent des avantages indéniables.

Mais une carte ne tombe pas en panne et n’est jamais déchargée. Au fin fond d’une vallée ou au milieu d'une forêt dense, une carte se lit partout. 

En cas de mauvaise météo, face à une route impraticable, une vue d’ensemble permet de trouver un plan B.

Elle vous permettra aussi de repérer sources ou ruisseaux facilement, où remplir votre gourde, bien utile lors de longues randonnées par temps chaud ! 

Savoir l’utiliser, c’est une sécurité supplémentaire. Qui ne coûte pas cher. La carte sert souvent de complément au GPS. 

D’ailleurs, les topo-guides misent sur le numérique et le papier. Par exemple, des codes QR vous fourniront de nombreuses informations sur les sites que vous traversez.

Deux produits complémentaires

Aujourd’hui encore, la carte papier reste majoritairement demandée et utilisée en randonnée, observe Alain Carlier, rédacteur en chef du magazine GR Sentiers"Même si la tendance est quand même légère, mais régulière pour le numérique".

Les sentiers de grande randonnée sont des itinéraires balisés de randonnée pédestre.

On a la possibilité de regarder convenablement et de manière assez large sur une carte.

L’asbl publie des topo-guides qui reprennent toutes les informations utiles. Des cartes sont insérées à la fin de chaque numéro. "On a la possibilité de regarder convenablement et de manière assez large sur une carte. Sur un écran tout petit, nous ne savons pas très bien si le lieu de ravitaillement ou le village est encore loin. Il nous manque sur le smartphone les courbes de niveaux, est-ce que l’on va vers une forêt, une prairie ? Tout ça est beaucoup moins lisible."

La carte, toute une philosophie

Si le trajet le plus court passe par Waze, Google Maps ou votre GPS, le voyage ne se réduit pas à un trajet. La route, c’est déjà les vacances !

La carte nous autorise des détours auxquels le GPS n’aurait pas songé. Le temps de quelques heures, d'une parenthèse dans notre quotidien numérique, nous abandonnons nos écrans. Alors que le GPS décide pour nous, nous restons libres d’aller là où nous le voulons, redevenant ainsi notre propre guide.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK