Carlo de Pascale : "Nous sommes déçus par les fraises parce que nous privilégions l'aspect"

La pluie et le temps maussade de ce printemps ont une conséquence sur les fraises belges: elles n’ont pas de goût  ! Carlo de Pascale a donc voulu investiguer pour savoir s’il y avait moyen de manger des fraises convenables en ce mois de mai.

Qu’est-ce qui fait une bonne fraise ?

La variété est importante, mais une fraise de variété réputée pourra être très moyenne si elle est cueillie trop tôt ou même trop tard en saison.
Les facteurs de qualité sont : l'arôme, le sucre et la fermeté. Pour obtenir ces trois critères dans la même fraise, il faudra que la variété soit adaptée à la saison, qu'elle soit cultivée en pleine terre et que le fruit soit élevé avec une masse foliaire autour assez importante. Enfin, le fruit doit être cueilli à maturité, c'est à dire rouge.

Quel prix pour un ravier de 500 g ?

  • les espagnoles surtout petit calibre, ça descend jusque 2 à3 euros les 500g
  • les hoogstraten environ 4 euros
  • les Wepion (de la criée) environ 5 euros
  • les gariguettes de 10 à 18 euros 
  • les fraises de marque belge : environ 5 euros 
  • les circuits courts ? 5-6 euros

Pourquoi globalement on est si souvent déçu ?

Parce que globalement notre exigence de consommateur est mal placée : 

  • on privilégie l’aspect
  • on sait que c’est saisonnier mais dès avril on s’excite
  • on achète du circuit long ou alors des produits de luxe qui sont aussi en circuit long
  • on les réfrigère et on ne les laisse pas revenir à température ambiante

Conclusion :

Vu que les fraises sont un fruit plaisir on devrait être d’autant pus exigeants et attendre la bonne saison pour en manger

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK