Caméra cachée: achèteriez-vous un t-shirt fabriqué par des enfants exploités?

Le 12 juin, c’est la journée mondiale contre le travail des enfants. On n’est pas des pigeons s’est livré à une expérience sociale en dehors des sentiers battus. Sur le marché de la place de l’Université à Louvain-la-Neuve, un journaliste, Paul-Henri Burrion va piéger les passants. Il s’est transformé le temps d’une journée en patron d’une usine textile. Sur son stand, il vend des t-shirts fabriqués par des enfants dans le Sud de l’Inde. On peut lire les slogans 100% Child labour ou encore le label slavetrade, littéralement le commerce d’esclaves.

Ils travaillent 15h/jour

Le ton est volontairement provocateur : " Je prend les enfants à partir de 6 ans. En dessous, on a déjà eu des accidents. Ils travaillent 15h/jour avec une pause de midi de 10 minutes. Je les paie 10 cents de l’heure ". Des propos choquants qui sont censés faire réagir les gens. Car, la Convention des droits de l’enfant adoptée à l’unanimité par les Nations unies en 1989 est très claire à ce sujet : " Les enfants ont le droit d’être protégé des travaux qui leur nuisent et qui sont nuisibles à leur santé et à leur éducation ".

Les consommateurs vont-ils engager la discussion avec cet horrible personnage, fuir, se révolter ou acheter ce t-shirt ? Autant de réactions captées en caméra cachée. Aujourd’hui, l’exploitation des enfants reste une réalité. Dans le monde, 152 millions d’enfants travaillent et la moitié d’entre eux le font dans des conditions dangereuses. Cette expérience sociale parle de notre capacité à nous révolter contre l’inacceptable. Voici quelques visages de l'indignation. 

 

Jennifer

Je suis maman. Ça me fait mal au cœur

Benjamin

Je regrette de ne pas avoir réagi plus violemment. C'est horrible

Ftm-Ma

Ça me dérange. Ce n'est pas vivre mais survivre

Luc

Exploiter les enfants, ça me fout en rote

Stephanie

J'étais soulagée d'apprendre que c'était une caméra cachée

Elisabeth

Ça me donne la chair de poule. Combien crèvent de faim?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK