C'est la rentrée: conseils et astuces pour bien choisir son cartable

C'est la rentrée, et qui dit rentrée dit aussi souvent, nouveau cartable. Et là, il y a le choix : avec ou sans roulettes,  à porter sur le dos ou en bandoulière, plus ou moins larges, plus ou moins grands, avec une ou plusieurs poches, aux couleurs de nos héros préférés... Bref, il y en a pour tous les goûts. Mais d'un point de vue ergonomique, sont ils tous égaux ?  Non, évidemment !

Hind a choisi un cartable à roulettes, Nayla une jolie mallette rose qui se porte sur le dos, Abigaël un sac en bandoulière avec un joli motif de petites filles, Nathan, un simple sac à dos.  Mais il suffit de se poster à l'entrée d'une école juste avant que la cloche sonne pour s'en rendre compte : les cartables à roulettes ou trolleys, ont la cote chez les élèves du primaire.  Ils sont pourtant loin d'être le cartable idéal. 

Les cartables à roulettes, ces faux amis

Tordons tout de suite le cou à une idée largement répandue : le cartable à roulettes n'est pas meilleur pour le dos de votre enfant. Au contraire : quand Hind tire son cartable, elle marche en permanence avec une main derrière elle et se retrouve donc en permanence dans une position de torsion qui fait souffrir sa colonne vertébrale. Pire encore lorsqu'elle doit monter un escalier : au mieux, elle porte son cartable d'une seule main, au pire, elle continue à le traîner derrière elle, la longueur du support allongeant alors le bras de levier, ce qui revient à augmenter le poids et donc la traction subie par son dos. 

En théorie, ces cartables sont aussi conçus pour être portés sur le dos, mais dans la pratique, l'armature des roulettes est souvent gênante et l'enfant est donc peu enclin à porter son cartable sur le dos. 

Et puis, il y a le poids : ces trolleys sont  beaucoup plus lourds que la moyenne (certains vont jusqu'à 4 kg à vide) et comme on ne doit pas les porter tout le temps, on aura tendance à les charger plus. 

En bandoulière, oui mais ...

Le problème de la bandoulière, c'est l'asymétrie : Abigaël aime porter son sac simplement sur l'épaule.  Mais tout le poids se trouve alors du même côté et là encore, sa colonne vertébrale souffre. 

Mieux vaut croiser la bandoulière : la sangle repose sur l'épaule et le sac sur la hanche opposée.  Le poids est alors mieux réparti. 

Le sac à dos : le cartable idéal

Nathan a en fait choisi le cartable idéal : il est léger, se porte sur le dos sans dépasser la largeur de son dos. Il a de larges bretelles réglables pour plus de confort... Vous l'avez reconnu, le cartable idéal, c'est le sac à dos. 

Par contre, avec sa jolie mallette rose à porter sur le dos, Nayla est un peu encombrée : elle dépasse la largeur de son dos et elle s'accroche souvent aux portes ou accroche ses condisciples dans les couloirs ou les transports en commun. Ce qui peut vite se révéler inconfortable. A éviter donc, pour les plus petits. Ces mallettes sont aussi souvent très grandes, on aura donc tendance à les surcharger et à augmenter inutilement leur poids. Préférez donc le simple sac à dos, avec peu de poches, des rembourrages au niveau du dos pour plus de confort et des renforts au niveau du fonds pour plus de solidité. 

Un maître mot : trier

Encore faut-il en faire bon usage de ce cartable idéal. Et là, le maître mot c'est "trier".  Laisser à l'école les gros classeurs lourds et encombrants par exemple. Des fardes de transports, plus petites et légères peuvent faire l'affaire pour transporter la dernière leçon ou le devoir à faire à la maison. Eviter aussi d'emmener un tas de jouets qui alourdissent inutilement le cartable : on peut aussi bien s'amuser à la récré avec des cartes plutôt qu'avec des billes... 

Idéalement, le poids du cartable rempli ne devrait pas dépasser 10% du poids de l'enfant en primaire, 15% en secondaire. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK