Bon plan : des moutons pour l'entretien des espaces verts

Vous cherchez une alternative écologique à l’entretien de vos espaces verts ? Essayez les moutons !

Sheep solution est un entrepreneur de jardin qui propose une solution pour la tonte : l’écopâturage. L’idée est de confier l’entretien des espaces verts à des moutons, trouver pour chaque client une solution clé en main.

Pas n'importe quel mouton !

Amélie Jacques est la coordinatrice de Sheep solution. La société existe depuis mars 2019 : " Nous proposons une solution alternative à l’entretien mécanique des espaces verts, un service à destination des entreprises et des collectivités, faire pâturer des animaux pour entretenir des espaces verts. Les acteurs, des moutons d’Ouessant originaire de l’île d’Ouessant dans le Finistère en Bretagne. Une race naine, la plus petite de l’espèce ovine. "    

Les moutons d’Ouessant sont des animaux légers, la brebis pèse entre 15 et 18kg. Ils sont peu sensibles aux maladies et ne demandent pas de soins vétérinaires particuliers, c’est une race rustique. Les brebis agnèlent seules. Ces animaux se contentent d’une alimentation assez pauvre. Avec leur laine épaisse, ils résistent aux froids intenses. Les moutons d’Ouessant boivent peu, au maximum 250 cl par jour en été.  La tonte s’effectue au début de l’été quand la laine commence à se décoller au niveau de l’encolure.

Ce n’est pas un mouton valorisé pour sa viande, il n’y a pas grand-chose à manger dessus, il était en voie de disparition, il a donc trouvé une nouvelle activité !

Il faut prévoir 400 mètres carrés par mouton et par an.

 

2 images
Bon plan : des moutons pour l'entretien des espaces verts © Jekaterina Nikitina - Getty Images

Une prise en charge total de la part de l'entreprise

Sheep Solution prend en charge tous les aspects de la présence des moutons sur les terrains.

Amélie Jacques :" On passe régulièrement sur les pâtures vérifier que les animaux se portent bien, on les tond, on les vermifuge, on met en place une cabane, un abreuvoir. On prend en charge tous les aspects liés à la présence des animaux. Les moutons vivent sur ces surfaces, en étant sûr qu’ils aient à manger tout au long de l’année. En fonction de la nature du sol, du type de végétation, on adapte le nombre d’animaux en action sur la pâture. Si en été, on se rend compte qu’ils ne sont pas assez, alors on rajoute des animaux. En hiver, on en retire, on s’adapte. Le terrain, lui, sera toujours entretenu, mais de manière plus écologique. "

Après un an d’activité, l’idée fait son chemin, l’entreprise entretient des terrains du BEP, des vergers, également un terrain de l’UCM.

De manière générale l’idée séduit, mais une fois qu’il faut passer à l’action, les gens sont plus frileux par peur du changement.

Amélie Jacques précise encore : " Le fait de faire entrer les moutons sur un terrain peut faire peur, le bruit, l’odeur et aussi le " qu’en dira-t-on ", les freins sont ceux-là, mais heureusement certains se lancent dans l’aventure."

De beaux projets sont à venir notamment à proximité d’une école et d’une maison de repos. Les moutons peuvent aussi avoir un rôle didactique, ou de bien être, exemple, à l’UCM, des bancs ont été aménagés à proximité des moutons pour profiter du lieu.  Les moutons ont commencé à 5, ils sont déjà 70 en action en Wallonie et à Bruxelles sur plus ou moins 4 hectares.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK