Blocus étudiant au monastère Notre-Dame d'Hurtebise à Saint-Hubert

C'est la période de bloque pour les étudiants. Chacun a son truc : certains restent chez leurs parents, d'autres préfèrent l'ambiance de la bibliothèque et il y en même qui choisissent le calme d'une abbaye ou d'un monastère. C'est le cas d'une vingtaine d'étudiants qui séjournent une semaine, en cette fin du mois de mai, au monastère Notre-Dame d'Hurtebise, près de Saint-Hubert , en province de Luxembourg.

Ils ne se connaissaient pas nécessairement avant de venir au monastère pour trouver le calme, pour bûcher. Ils sont actuellement une vingtaine. Parmi eux, il y a Olympe, 1ère Bac Droit, Dries, 1ère Bac bioingénieur et Mathieu, 2ème Master médecine ... tous les trois font leurs études à l'UCL, l'Université Catholique de Louvain.

La journée est studieuse, les étudiants se répartissent dans des salles au gré de leurs affinités. D'ailleurs, comment ont-ils eu l'idée de venir dans un monastère ? Mathieu : "J'ai fait mon premier blocus chez moi, à Noël. Ça a été une catastrophe. J'ai raté les trois quarts de mes examens donc je me suis dit qu'il fallait retrouver une autre solution. J'ai cherché. Je me suis dit : 'Pourquoi pas une abbaye ?'. J'ai envoyé des mails un peu partout et c'est ici qu'on a répondu en premier" ... Olympe a une autre raison : "Je suis déjà venue trois fois cette année et je suis déjà venue en secondaire parce que ... avoir une petite sœur signifie pas de calme à la maison. J'ai cherché un endroit et j'ai trouvé Hurtebise".

La priorité est donnée à l'étude. Les distractions sont limitées, au monastère. Il n'y a pas de wi-fi mais il est permis de s'entraider. Ainsi Olympe étudie avec Justine, étudiante en Droit également, de trois ans son aînée. "Par exemple, hier j'avais une question dans le cadre des contrats. Justine a pu me répondre en me donnant les articles. C'est très sympa. On peut créer des liens avec les autres étudiants". Durant une semaine, la vie est rythmée par l'atmosphère du monastère : dîner à 12h45, souper à 18h45. 

C'est rudimentaire mais il y a tout le nécessaire

Mais il faut participer à la vaisselle, c'est presqu'un moment de détente. Certains en profitent pour passer à leur chambre ... une petite pièce toute simple : "Oui, c'est rudimentaire mais il y a tout le nécessaire : un lit d'1,80 m pour moi qui mesure 2 mètres, c'est un peu peu mais on fait avec ... un bureau, un évier, une garde-robe. Il ne faut rien de plus". Prix de l'hébergement pour les étudiants : 26 euros par jour en pension complète. La décoration est comprise dans le prix et les motivations religieuses sont variées. Olympe : "Je suis croyante et je trouve ça assez important d'être dans un 'cadre sain'. Maintenant, l'ambiance entre les sœurs et nous fait que cela fait une communauté. Donc c'est un peu une famille qui se crée, même avec les autre étudiants". Dries a une autre philosophie : "Le but premier pour lequel je viens ici, c'est la sérénité, la tranquillité et un petit peu l'espace vert qu'il y a ici. Et la religion ? Je ne suis pas catholique donc je ne vais pas à la messe".

Le monastère d'Hurtebise ne met pas de conditions à l'accueil des étudiants. Les Sœurs bénédictines mettent leur lieu de prière à disposition, comme le précise Sœur Marie-Raphaël : "Nous les Sœurs, nous avons cinq temps de prières par jour et, quand les étudiants arrivent, je montre toujours la chapelle et je leur dis que l'on prie pour eux. Je leur précise que s'ils veulent nous rejoindre pour un temps de prière, qu'il n'hésitent pas et parfois ils le font. Ça peut les toucher. Moi, je n'ai pas d'exigence de ce point de vue-là." Au monastère Notre-Dame d'Hurtebise, peu importe le décorum, l'ambiance est à l'étude. Les examens c'est déjà dans moins de deux semaines...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK