Beaucoup de Belges chez les coiffeurs français

Le mois de décembre est traditionnellement une période de forte affluence pour les coiffeurs. Seulement en Belgique, ils sont forcés de garder leurs portes fermées. Pourtant la demande reste très forte à l’approche des fêtes.

Pour éviter que le style " Gaule chevelue " ne devienne une mode, certains coiffeurs n’hésitent pas à exercer clandestinement à domicile tandis que certains clients font le déplacement à l’étranger.

Givet : l’Eldorado des coiffeurs

En France, depuis le 28 novembre, les salons de coiffure ont pu rouvrir avec des restrictions liées à l’hygiène. À Givet, une commune française frontalière, pratiquement enclavée en Belgique, on voit régulièrement arriver des clients de notre plat pays. Mais la situation aujourd’hui est inédite.

70% de ma clientèle est belge aujourd’hui.

C’est ce qu’affirme Madi Alissa, gérante d’un salon de coiffure givetois. " Le téléphone n’arrête pas de sonner, il me faudrait presque une standardiste. Si mes habitués sont de retour, je vois aussi arriver des Belges de partout, pas juste des régions environnantes. J’ai eu des Bruxellois, des Namurois, des Liégeois. Les gens ont besoin de se sentir beaux et bien dans leur peau, on leur offre ce service qu’ils ne peuvent pas trouver chez eux à l’heure actuelle. "

Même constat pour Jean-Luc qui est coiffeur et barbier, lui aussi à Givet : " Ils sont nombreux et pas juste de Dinant ou Beauraing, j’ai aussi eu des Bruxellois. On rend un service, on ne va pas refuser une clientèle sous prétexte qu’elle est Belge. Par contre, j’ai la certitude que ce sont des clients d’une seule fois. Dès que leurs coiffeurs habituels auront rouvert, je sais que leurs habitués y retourneront. "

Aujourd’hui les coiffeurs belges sont toujours fermés. Ils tentent de se faire entendre des différents niveaux de pouvoir en Belgique pour pouvoir rouvrir dès que possible.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK