Attention arnaque ! Comment ne pas se faire pigeonner pour vos locations de vacances

Attention arnaque ! Comment ne pas se faire pigeonner pour vos locations de vacances
4 images
Attention arnaque ! Comment ne pas se faire pigeonner pour vos locations de vacances - © selimaksan - Getty Images

Cet été, pas mal de Belges vont rester au pays pour leurs vacances. Et la demande pour les locations à la côte risque de connaître un grand regain d’intérêt. Parmi toutes les offres, il n’est pas impossible que se glissent quelques escroqueries. Comment les repérer ? Comment les éviter ? Que faire si vous vous êtes fait avoir ? Nous avons tenté d’y voir plus clair.

Six chambres à La Panne

Christelle nous a écrit. Certes, sa location était prévue pour début mars et elle a trouvé l’annonce en décembre de l’année dernière, donc bien avant le regain d’intérêt pour la côte. Mais son histoire est typique de ce genre d’arnaques qui risquent de vous gâcher les vacances.

Elle cherchait un appartement à la mer pour un week-end début mars. Sur un groupe Facebook de location de biens à la côte, elle croit trouver son bonheur : un appartement de six chambres à La Panne pour 170 euros. Via Messenger, elle contacte l’auteur de l’annonce. Les deux tombent d’accord pour la location. Mais, sans attendre de recevoir un contrat de location, elle paie la somme prévue.

Ses premiers soupçons…

 apparaissent pendant les vacances de Noël : de passage à La Panne, elle passe devant l’immeuble où se trouve l’appartement. Elle envoie un message pour demander à monter le voir. Réponse : "Il fallait prévenir avant". Les messages suivants ne font que renforcer sa méfiance : à des questions précises, elle ne reçoit que des réponses vagues. Finalement, début février, après un nouveau rendez-vous raté devant l’immeuble, elle se décide à demander le remboursement. S’ensuit une succession de SMS, de rendez-vous ratés et de belles promesses en l’air.

Toujours les mêmes photos

Je connais le problème, explique illico Fabrice, un des administrateurs du groupe Facebook sur lequel Christelle a trouvé l’annonce. Ce monsieur a publié l’annonce sur plusieurs groupes consacrés aux locations à la côte. Il change parfois de pseudonyme, mais publie toujours les mêmes photos. Nous avons retrouvé l’appartement. Il ne lui appartient pas. "

Elle ne s’est pas laissé faire, a fait intervenir son avocat. Et a obtenu le remboursement.

Entre les administrateurs des différents groupes, on s’échange des informations. C’est ainsi que Fabrice croit savoir que l'homme en question aurait trompé entre 5 et 10 personnes. Dont une, qui s’était engagée à payer la somme pour le moins conséquente de 800 euros. "Elle avait déjà versé 700 euros d’acompte, quand elle a flairé l’escroquerie et a demandé un remboursement. Le pseudo-propriétaire a menacé de l’attaquer en justice pour diffamation. Elle ne s’est pas laissé faire, a fait intervenir son avocat. Et a obtenu le remboursement. "

Porter plainte

Christelle ne s’est pas laissé faire non plus. Elle a porté plainte à la police de Tournai. Sur ces entrefaites, le confinement a ralenti la procédure. Et elle a l’impression que, pour un montant somme toute relativement modeste, elle n’a que peu de chances de revoir son argent. " Peu importe le montant en cause, répond-on au parquet de Tournai. Si le suspect a un numéro de compte belge, nous pouvons rapidement remonter à lui. Nous traitons régulièrement des cas de ce genre. Les seules complications sont quand le suspect est à l’étranger. Et, s’agissant d’un dossier pénal, il faut prouver l’intention frauduleuse dans son chef. "

Quand je mets en location le bien que je possède à la côte, je rédige toujours un contrat.

Fabrice, l’administrateur de la page Facebook de locations à la mer, est bénévole. Et ce travail lui demande un temps considérable : " Je dois regarder chaque annonce avant publication. Si elle est louche, je la rejette et je bannis son auteur. " Autant dire que cet appartement de six chambres à La Panne ne risque plus d’être remis en location sur sa page. " Mais ce genre de souci, ça sape la confiance entre propriétaires et candidats locataires. " Sa suggestion : avant de payer quoi que ce soit, demandez un contrat de location et lisez-le attentivement. " Le contrat de location n’est pas obligatoire, mais il sécurise et rassure. Quand je mets en location le bien que je possède à la côte, je rédige toujours un contrat avec les coordonnées complètes des deux parties et je l’envoie en PDF. "

Du côté d’Annie Allard…

Annie Allard, notre spécialiste juridique, ne dit pas autre chose : " Quand vous traitez avec un inconnu, la prudence s’impose. Ne lui versez jamais d’argent ! Vérifiez son identité, localisez-le, soyez certain de son adresse. Ne payez rien avant d’avoir reçu, lu scrupuleusement et signé un contrat. Et, si c’est possible, visitez-le bien avant de signer. "

Aucun propriétaire ne met un bien en location dans le but de perdre de l’argent.

Autres conseils : quand vous regardez les annonces, faites preuve de jugeote : si l’offre paraît trop alléchante, c’est peut-être qu’elle cache une escroquerie. Aucun propriétaire ne met un bien en location dans le but de perdre de l’argent. Pour payer acompte et solde, privilégiez les plateformes en ligne qui réceptionnent les payements et interviennent en cas de souci, et ceci même si le propriétaire vous fait miroiter une réduction en cas de payement en direct. Surtout, ne payez jamais via un mandat de type Western Union ou Moneygram, qui ne permettent pas de retrouver le bénéficiaire. Ce mode de payement est réservé aux personnes que vous ne connaissez.

"Foutez-moi la paix s’il vous plaît"

Enfin, si vous avez l’impression (ou la certitude) de vous être fait avoir, n’hésitez pas à porter plainte à la police. Ne vous dites pas que " ça ne vaut pas la peine pour de si petits montants. " Parce que vous n’êtes peut-être pas le seul ou la seule à vous être fait avoir. Et que, en faisant le lien entre plusieurs plaintes, la police peut mettre la main sur un escroc qui se faisait un beau pactole en arnaquant plusieurs victimes avec, chaque fois, de petits montants.

Pour trouver plus d’informations, le Centre Européen des Consommateurs a mis sur pied une page "arnaque et fraude".

Nous avons bien entendu tenté d’entrer en communication avec l'homme , afin qu’il puisse nous faire part de sa version de l’histoire. Une première fois, il nous a raccroché au nez. La fois suivante, il nous a demandé de "me foutre la paix s’il vous plaît". Quant à nos SMS, ils n’ont pas obtenu de réponse.

Miracle à La Panne !

Mais notre intervention n’a pas été inutile ! Juste après notre premier coup de téléphone au pseudo-propriétaire (mais c’est sûrement une coïncidence), il a recontacté Christelle. Et a promis que le remboursement serait fait dans les plus brefs délais.

Et, miracle, dès le lendemain, l’argent était transféré. Christelle aura donc dû attendre jusqu’au 17 juin pour obtenir le remboursement d’une somme payée en décembre. Le bon côté des choses, c’est que, à présent, elle peut utiliser l’argent pour une location cet été. En faisant bien attention, cette fois, à ne plus se faire avoir

Arnaque à la location : redoublez de méfiance sur le WEB

Archives : Extrait de "On n'est pas des pigeons" (30/05/17)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK