Arrêter de fumer: les méthodes qui marchent

Dur dur d'écraser cette dernière cigarette... Et souvent, les fumeurs le savent bien, il faut s'y reprendre à plusieurs reprises et combiner différentes approches pour y arriver.

Ceux qui veulent décrocher trouveront en pharmacie des substituts nicotiniques disponibles sans ordonnance. Des gommes, des patchs, des pastilles, des inhaleurs...Tous fonctionnent selon le même principe en diffusant de la nicotine dans des proportions variables. Ils reviennent en moyenne à une cinquantaine d'euros par mois suivant la consommation.

Les études démontrent que certains sont plus efficaces que d'autres: "A propos des substituts, ce sont les patchs , combinés aux gommes, qui vont donner les meilleurs résultats . Les patchs diffusent en continu tandis que les gommes donneront aux fumeurs les petits pics de nicotine quand ils en ressentent le besoin. A un an, les études montrent que cela double les chances d'arrêter" précise le docteur Sylvie Gohy, pneumologue aux Cliniques Saint Luc et chercheur au FNRS.

Quand les substituts ne suffisent pas, l'approche médicamenteuse peut être proposée.

Deux médicaments se partagent actuellement le marché : le Zyban et le Champix. C'est ce dernier qui semble le plus performant puisqu'il triple les chances d'arrêter à un an.

Néanmoins, le Champix ne peut pas être proposé à tout le monde, il y a des contre-indications sérieuses notamment dans des cas de dépression. A noter aussi que le Champix n'est pas bon marché : comptez 250 euros pour 3 mois mais certaines mutuelles proposent des remboursements partiels et il faut évidemment rapporter ce coût à celui des paquets de cigarettes...

D'ici quelques temps, nous devrions cependant disposer d'un nouveau médicament : la Cytisine. Il est déjà disponible aux Etats-Unis et a un coût bien moindre puisqu'il revient à une trentaine de dollars pour 3 mois. Cette molécule aurait un fonctionnement comparable à celui du Champix qui bloque les récepteurs de la nicotine dans le cerveau mais elle aurait aussi beaucoup d'effets secondaires. Il n'est pas encore commercialisée chez nous mais ce nouveau médicament serait plus efficace que le Champix

Des substituts donc, des médicaments, voilà de quoi traiter la dépendance physique. Reste à se débarrasser de la dépendance psychologique et, ici, les méthodes alternatives comme l'hypnose semblent donner de bons résultats, même s'ils ne sont pas étayés par des études scientifiques.

Cette fois, on ne travaille plus sur les récepteurs chimiques, on s'adresse à l'inconscient pour aider le fumeur à effectuer un travail de séparation par rapport à un objet -la cigarette- qu'il a investi dans de multiples circonstances de sa vie quotidienne pour se rassurer, se donner une contenance, etc. Les thérapeutes proposent environ 6 séances à des prix très variables pouvant aller du simple au double, de 50 à 100 euros mais ici, aussi, certaines mutuelles soulagent un peu le portefeuille du patient.

En tout état de cause, le meilleur moyen de décrocher de cette addiction, c'est probablement de jouer sur les deux tableaux et de combiner le sevrage physique et psychologique.

S'aider des technologies

Il existe une autre alternative, connectée : iCoach. C'est une plate-forme de coaching en ligne gratuite, accessible dans les 22 langues officielles de l'Union Européenne qui a pour but d'informer et d'aider ceux qui souhaitent se débarrasser de la cigarette. 

Remboursement possible ?

Nous l'avons vu : ces méthodes peuvent être parfois très coûteuses. Nous sommes donc en droit de nous demander si l'on peut être remboursé.

Pour les consultations, si vous vous rendez dans un Centre d'aide aux fumeurs, chez un tabacologue privé ou chez votre médecin traitant, vous avez droit à un total de 8 consultations remboursées partiellement par la mutuelle (sur une période de 2 années civiles). Le tarif des remboursements est de 30 euros pour la première séance et 20 euros pour les sept suivantes.

Pour les médications, le Zyban est remboursé uniquement pour les plus de 35 ans souffrant de broncho-pneumopathie chronique. Quant au Champix, seules les deux premières boîtes le sont. Les substituts de nicotine ne sont, eux, pas remboursés. 

Sachez également que certaines mutuelles proposent une aide financière pour arrêter de fumer. Pour le savoir, renseignez-vous auprès de votre mutuelle. 

Et l'e-cigarette ?

Dans la cigarette classique, c'est surtout la nicotine qui est responsable de la dépendance. Alors, est-ce que la cigarette électronique sans nicotine est aussi une alternative ? Les professionnels interrogés ont des avis partagés ; l'e-cigarette peut être un moyen d'arrêter de fumer quand on a des difficultés à se défaire des ses habitudes à condition qu'on ne l'utilise pas en même temps qu'une cigarette classique parce que là, c'est très dangereux. Etant donné qu'elle est encore récente, les études sur le court terme restent contradictoires pour l'instant... C'est une alternative moins dangereuse puisqu'il n'y a pas de combustion, mais ce n'est pas la meilleure.

Bien s'encadrer

Rappelons que vous pouvez aussi vous faire épauler gratuitement par téléphone. Pour cela, il suffit d'aller sur le site tabacstop et là, vous remplissez un formulaire en ligne ou vous appelez le numéro gratuit "0800 111 000". Des tabacologues et professionnels de la santé sont présents pour vous aider gratuitement ! Vous avez droit à 8 entretiens téléphoniques étalés sur 3 mois. Pour les personnes enceintes ou souffrant de maladies cardio-vasculaires, il faudra consulter. 

En conclusion, tous les professionnels de la santé interrogés sont unanimes : il n'existe pas de remède miracle mais l'encadrement, l'accompagnement et le soutien psychologique, sont plus que nécessaires pour aider les personnes qui veulent en finir avec le tabac !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK