Après le lait, les fruits ! Fairebel étoffe ses filières et fait des émules

Fairebel, vous connaissez certainement. Fairebel c'est du lait sous toutes ses formes à un prix équitable pour le producteur... c'est du beurre, du fromage et de la crème glacée aussi.

C'est tout nouveau chez Carrefour : Fairebel propose des fruits, des pommes et des poires. Mais le modèle Fairebel n'est pas unique en son genre. Il y a aujourd'hui diverses initiatives dans divers secteurs.

Deux fois plus cher

Les pommes et les poires Fairebel viennent d'arriver dans les rayons de tous les Carrefour et Carrefour Mestdagh du pays. Elle sont assez chères : 3 euros du kilo. La poire Carrefour coûte deux fois moins cher.

Xavier Laduron, président de Faircoop Fruit : "Les poires sont les mêmes. On ne va pas réinventer la roue. Nos fruits sont équitables. Ils sont belges. Ils sont cultivés, conservés et travaillés en Belgique. Dans le prix que vous avez mentionné, qui est certes élevé, la Faircoop s'engage - c'est contractuel - à reverser 25 centimes par kilo vendu à nos membres."

Cornü, la viande locale chez Carrefour

Le prix équitable ne concerne pas que Fairebel dans la filière du lait ou des fruits. Des producteurs se regroupent aussi dans le secteur de la viande. Certains se sont réunis sous la marque "Cornü". Une viande de qualité "Premium" vendue sous le label "Prix juste Producteur". Ça ressemble au modèle Fairebel mais ce n'est pas la même chose.

Pascal Léglise, directeur Qualité chez Carrefour : " Fairebel c'est une initiative nationale donc il passe par nos centrales d'achats et par conséquence par les plates-formes logistiques. Cornü, lui, est dans le circuit des producteurs locaux qui court-circuite les plates-formes d'achats et logistiques. La relation est un lien direct entre les producteurs et les équipes des magasins".

Augmenter le volume des ventes

Dans les ateliers de Cornü, on découpe 3 à 4 vaches par semaine. La société est basée à Ochamps en province de Luxembourg. La viande est distribuée dans les Carrefour et Carrefour Mestdagh de la région. Mais chez Cornu on voit plus loin. On espère, un peu comme Fairebel, commercialiser les produits dans toute la Belgique. Caroline Hanssens, responsable ventes et marketing chez Cornü : "On va petit à petit grandir dans les magasins, augmenter nos ventes pour pouvoir, à terme, discuter avec les centrales d'achats de ces distributeurs. L'objectif, c'est d'augmenter les volumes de vente".

Le prix est proposé par le producteur. Carrefour accepte assez facilement le montant étant donné la qualité du produit ... pourtant le filet pur Cornû est 6 euros le kilo plus cher que le filet pur marque Carrefour. Mais, le prix comment est-il fixé ? Réponse de Caroline Hanssens : "On a fait le calcul de chaque élément : l'alimentation, l'âge, la naissances, les soins vétérinaires etc …  et on a pu identifier un prix à savoir combien coûte la bête au moment de l'abattage".

Des pommes de terre "Prix juste producteurs"

Ces éléments constitutifs du prix sont essentiels pour déterminer le prix de vente. C'est aussi le cas pour des pommes de terre mise en vente dans des Proxy Delhaize qui sont aussi frappée du label "Prix jute Producteur". Il peuvent être vérifié. "Le label est développé par le collège des producteurs. Il y a bien entendu une charte qui doit être respectée et qui peut être vérifiée par des organismes de contrôle extérieurs", précise Gersande Blanchard, chargée de projet à l'association "Je protège l'eau de Wallonie". 

Un prix équitable pour les producteurs, c'est un combat initié, il y a une dizaine d'années par le secteur du lait. Cette bataille se poursuit aujourd'hui avec des producteurs de tous horizons, sous divers labels, au niveau local, régional et national. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK