Applications anti-gaspi : un marché saturé ?

Acheter du pain, des fruits et légumes, de la viande ou même du chocolat avec une réduction de 40, voire de 60%, c’est possible ! C’est en tout cas la volonté de certaines applications. Leur objectif est de réduire le gaspillage alimentaire tout en faisant profiter le consommateur.

"Phénix" fait partie de ces applications. Elle est récemment apparue sur le marché belge. Mais est-elle en concurrence avec la déjà plus connue "Too Good To Go" ? Ou même avec les associations caritatives qui donnent des colis alimentaires aux plus démunis ?

"Phenix" : le nouveau venu

3 images
© Tous droits réservés

Présente au niveau international, l’application danoise "Too Good To Go" (TGTG), est active en Belgique depuis 2018. Elle met en contact 1,5 million d' utilisateurs avec environ 4500 cafés, restaurants, supermarchés, boulangers etc.

"Tous ensemble, nous avons déjà sauvé un peu moins de 5 millions de repas depuis notre arrivée en Belgique", précise Dorien Janssens, porte-parole de l’application "Too Good To Go".

D’ici fin de l’année, nous visons 100.000 utilisateurs pour un millier de commerces partenaires.

Mais cette application n’est pas unique sur le marché belge. La française "Phenix", lancée en mai dernier, compte déjà 200 partenaires et 20.000 utilisateurs actuellement concentrés à Bruxelles. Amaury Le Minier, responsable pour la Belgique de "Phenix", a fixé les objectifs : "D’ici fin de l’année, nous visons 100.000 utilisateurs pour un millier de commerces partenaires". Déjà présente en France, en Espagne, au Portugal et en Suisse, l’application française permet même de filtrer vos demandes entre "pains", "fruits et légumes" et "supermarchés". Elle permet aussi de respecter vos préférences alimentaires : si vous êtes végan, bio ou si vous préférez la nourriture halal. Le principe : vous effectuez une recherche dans votre région (actuellement essentiellement à Bruxelles), vous choisissez votre "commande" et vous payez sur l’application, avec une forte réduction, pour un enlèvement à l’heure choisie par le commerçant. De son côté, "Phenix" touche une commission sur ces "paniers" de quelques dizaines de pour cent sur le prix affiché.

Concurrence entre applications ?

Mais l’arrivée de "Phenix" représente-t-elle une concurrence pour "TGTG" ?

Il y a bien assez de place pour deux.

Réponse d’Amaury Le Minier de "Phenix" : "Il y a de la place pour plusieurs opérateurs. En Belgique, il y a plus de 30.000 points de vente en magasins et dans l’HoReCa. "Too Good To Go" est en partenariat avec 4000 d’entre eux. Il y a donc bien assez de place pour deux."

Il n’y a pas de concurrence s’il s’agit de gaspillage alimentaire.

Dorien Janssens de "TGTG" est sur la même longueur d’onde : "Notre mission globale est de lutter contre le gaspillage alimentaire. En ce sens, nous accueillons tous ceux qui veulent nous aider. Il n’y a donc pas de concurrence s’il s’agit de gaspillage alimentaire. L’impact positif que nous avons déjà eu en Belgique avec nos 1,5 million d’utilisateurs belges, nos 4500 partenaires à travers le pays et nos presque 5 millions de repas économisés, est maintenant renforcé par l’arrivée de "Phenix"".

Les associations caritatives en souffrance ?

3 images
© Tous droits réservés

Mais du côté des associations caritatives, on est attentif aux répercussions de ces opérateurs sur le marché belge qui pourraient les priver de dons de certains magasins.

L’important, c’est le citoyen et pour l’instant, chaque structure est à sa place.

Nous avons effectué un coup de sonde au "Colis du cœur" à Laeken. Cette association offre 300 à 400 colis par semaine à environ 2000 personnes en précarité financière. Elle récolte les dons alimentaires auprès de la grande distribution et de plus petits magasins.

Sa responsable, Sohade El Sahidi, estime que ces applications ne posent pas de problème actuellement : "Pour l’instant, ça va. Effectivement, on se pose la question si ça ne porte pas atteinte à notre mission. Mais actuellement, ça n’a pas d’impact. On attend de voir l’ampleur que ça va prendre. L’important, c’est le citoyen et pour l’instant, chaque structure est à sa place".

Des applications sensibles aux plus démunis

Les responsables des applications anti-gaspi veulent lutter contre cette image négative. Elles s’inscrivent en faux contre l’idée qu’elles pourraient, en quelque sorte, "prendre aux plus pauvres pour vendre à bas prix aux moins riches".

Nous avons mis en place un service de dons en France.

"Phenix" a d’ailleurs développé une offre complémentaire en France. Amaury Le Minier : "Nous avons mis en place un service de dons en France, qui se développe aussi en Espagne et au Portugal. Ce service met les magasins en relation avec les associations caritatives – 3000 en France. … C’est un service payant pour les magasins et bien entendu, gratuit pour les associations. Cette plateforme n’est pas active en Belgique. Mais son développement pourrait être grandement aidé s’il y avait des incitants fiscaux plus importants pour les magasins en Belgique".

Nous avons une fonction de don dans notre application, disponible dans tous les pays.

C’est aussi l’avis de "TGTG", qui déploie des initiatives allant dans ce sens. L’application danoise veut aussi faciliter les dons. Dorien Janssens : ""Too Good To Go" soutient également les organisations locales. Nous avons une fonction de don dans notre application, disponible dans tous les pays, ce qui permet aux utilisateurs de donner directement des bons pour les banques alimentaires locales. De cette façon, les banques alimentaires peuvent utiliser les fonds là où ils sont nécessaires, par exemple pour l’espace de stockage ou la logistique".

Un système alimentaire défaillant

Chaque année, 3,5 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées tout au long de la chaîne alimentaire en Belgique. Producteurs, distributeurs et consommateurs en sont conscients.

Il semblerait qu’il y ait encore beaucoup d’efforts à réaliser pour réduire l’impact de ce gâchis.

Voilà qui laisse la place, semble-t-il, aux opérateurs qui travaillent à compenser ce système alimentaire défaillant.


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK