Appareil dentaire pour adultes: jusqu'à 5000 euros le traitement

Les ados ne sont plus les seuls à arborer des plaquettes métalliques sur leurs dents. De plus en plus d’adultes portent des appareils dentaires. Des traitements qui coûtent cher car après l’âge de 15 ans, l’assurance obligatoire ne rembourse rien. 

"Il y a dix ans, les adultes constituaient à peine 10% de mes patients contre 90% d’ados et d’enfants. Aujourd’hui, on est presqu’à 50% d’adultes", explique Cathy Rigaux, orthodontiste à Fleurus. Incisives qui se chevauchent, dents du haut trop en avant, la plupart des patients adultes qui portent un appareil dentaire n’ont pas été soignés pendant l’enfance ou ont abandonné leur traitement quand ils étaient adolescents. Ils s retrouvent donc à trente, cinquante, soixante ans ou plus à devoir porter un appareil dentaire.

Des appareils beaucoup plus discrets

Plaquettes transparentes, bagues métalliques que l’on place à l’arrière des dents, gouttières quasi invisibles, la technologie a beaucoup évolué. Les appareils dentaires jouent la carte de la discrétion et incitent de nombreux adultes à franchir le cap. "Ma gouttière ne se voit presque pas", se réjouit Estelle, 25 ans. "C’est discret et très agréable, je n’ai pas de fils coincés". A l’ère du selfie, afficher un sourire parfait et éclatant est devenu une préoccupation majeure.

Adultes : un traitement plus long et surtout plus cher

"La principale différence entre les traitements adulte et enfant, c’est la durée", précise l’orthodontiste. "Chez les enfants, le traitement va beaucoup plus vite. Alors que chez l’adulte, il faut compter entre dix-huit mois et deux ans".

Autre différence entre les adultes et les enfants : le prix. Jusqu’à l’âge de 15 ans, l’INAMI rembourse une bonne partie du traitement. Mais après 15 ans, le coût est entièrement à charge du patient. Plus l’appareil est discret, plus il coûte cher ! Il faut compter environ 2 400 euros pour des bagues transparentes et jusqu’à 5 000 euros pour une gouttière.

Pour éviter de devoir raquer, il faut donc prévoir son coup et souscrire une assurance "soins dentaires". En fonction de l’âge du patient et de l’assureur, le montant de la cotisation annuelle varie entre 80 et 300 euros. Mais même avec une assurance, on ne bénéficie jamais d'un remboursement intégral car il y a des plafonds. Et, mieux vaut le savoir, pas de remboursement possible l'année où on contracte son assurance. Les sociétés d'assurance prévoient toutes un délai d'attente, qui peut aller de six mois à un an.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK