Airbnb: un bon plan surtout pour les propriétaires de logements

Les vacances approchent à grands pas et il est temps, si ce n’est déjà fait, de penser à vos réservations. Certains d’entre vous opteront, peut-être, pour la formule Airbnb. Depuis 2008, cette plateforme de location de logements chez l’habitant fait un tabac. Airbnb,  ce sont pas moins de un million d’annonces dans le monde entier. La formule se veut à la fois conviviale et bon marché.

La formule Airbnb est-elle vraiment plus avantageuse que la formule hôtelière ? Nous avons testé. Tant qu’à faire, nous n’avons pas boudé notre plaisir. C’est ainsi que pour  le test, nous avons opté pour la jolie ville de Bruges. Pour profiter des charmes de la Venise du nord, nous avons jeté notre dévolu sur un appartement une chambre au prix de 136 euros la nuit, nettoyage compris. 

Autant  le préciser d’emblée, pour réserver sur le site Airbnb, il faut s’armer de patience. L’inscription est un peu laborieuse (obligation d’envoyer une photo recto/verso de votre  carte d’identité  et de fournir votre lien Facebook), mais, une fois ce cap dépassé, la réservation est assez rapide, à condition de choisir l’option "réservation instantanée" .

Quelques jours après la réservation, nous voici donc prêts à  découvrir notre logement Airbnb. Un appartement 85 mètres carrés, tout confort, super équipé et à la déco stylée. Notre hôte nous y reçoit chaleureusement. Après avoir fait le tour du propriétaire, il nous indique qu’il y a du café, du thé et une corbeille de fruits à disposition. Il a même eu la délicatesse de laisser deux bières locales dans le frigo. A 136 euros la nuit, ce n’est pas du luxe. C’est un prix un peu élevé pour un Airbnb, mais, soyons de bons comptes, même s’il est un peu éloigné du centre-ville, cet appartement possède plus d’un atout… Outre le confort et le style, il y a, au rez-de-chaussée, un parking à disposition ainsi que des vélos !

Certains hôtels tiennent la comparaison

Pour comparer avec l’offre hôtelière, nous avons repérer sur un site bien connu de réservation d’hôtels des établissements,  à Bruges, proposés au même tarif que notre logement Airbnb ? A ce prix-là, que pouvons-nous espérer ? Premier constat : tous les hôtels référencés dans ce budget se situent en plein centre-ville, certains offrant même une jolie vue sur le canal. 

Au total, nous allons visiter 7 hôtels, pour la plupart assez luxueux. Toutes les chambres sont d’un confort comparable à notre appartement Airbnb. L’avantage, à l’hôtel, c’est que l’on nous servira, pour le même prix, un copieux petit-déj. Mais avec cette formule, pas de vélo à disposition et, pour le parking privé (quand il y en a), il faudra compter un supplément de 20 à 30 euros selon l’endroit !

Alors, au bout du compte, quelle est la formule la plus intéressante ? Dans ce cas précis, difficile à dire. A prix et confort égaux, les hôtels présentent l’avantage d’être très bien situés, mais, pour être francs, nous avons eu une légère préférence pour notre appart’ Airbnb en raison de la présence d’un parking privé et des vélos mis à disposition  gratuitement. 

On aurait pu y ajouter la notion de convivialité, mais, de ce point de vue, notre hôte Airbnb nous a un peu déçus. Il nous a consacré un peu de temps, pas plus d’un quart d’heure, pour nous fournir quelques tuyaux sur la ville, puis il a disparu. Au moment du départ, on n’a même plus eu affaire à lui, mais à son père, car il était retenu à Ostende…

Un bon plan pour les propriétaires de logements

Nous avons d’abord testé Airbnb en nous plaçant du point de vue des loueurs… Mais qu’en est-il des propriétaires ? Devenir hôte Airbnb en vaut-il vraiment la peine ? Pour le savoir, nous avons rencontré, à Liège, Gilles Vrancken. Il habite à deux pas du centre -ville. Il a d’abord testé la formule Airbnb  en tant que voyageur. Il y a pris goût puis il s’est dit "pourquoi pas moi ?"…

Il y a 6 mois, il a franchi le pas et il est devenu Hôte Airbnb. "Les démarches sont assez simples", nous dit-il. Il suffit de s’inscrire sur le site et de fournir des photos de votre logement. Pour le reste,  moyennant un prélèvement de 3%,  Airbnb s’occupe de tout…Réservations, paiement, attribution des étoiles selon les commentaires des loueurs…

Gilles a ainsi transformé le rez-de-chaussée de sa maison en studio une chambre, simple, mais fonctionnel et coquet. Jusqu’à présent, il est ravi de cette expérience. Son studio est occupé à 70% et il rencontre des voyageurs du monde entier. "Ca crée un réseau de connaissances",  souligne-t-il, "un loueur venu du Chili m’a même proposé de réserver chez lui via Airbnb".

L’intérêt de la formule, pour Gilles, n’est pas que relationnel. Financièrement aussi, il y trouve son compte. Il loue son studio 60 euros la nuit, nettoyage inclus. Il considère que ce type de location lui rapporte 30% en plus qu’une location traditionnelle. Mais attention, cela demande aussi un peu plus de travail. Il faut nettoyer le linge, le studio, accueillir les voyageurs et leur consacrer un peu de temps.

Côte frais, Gilles devra s’acquitter d’une taxe sur les meublés. Mais, pour le reste, il lui suffira de déclarer ses revenus. Il a tout intérêt à la jouer réglo car le fisc veille au grain. Le Belgian internet service center, une unité de l’inspection spéciale des impôts, a décidé de faire la chasse aux fraudeurs sur le site Airbnb…

Pour l’instant, il n’est pas encore soumis à des règles trop contraignantes. Ce n’est pas le cas partout. En région bruxelloise, par exemple, on a donné un cadre légal à cette formule, avec contrôles à la clé. Les propriétaires qui proposent leur logement entier ou une chambre simple ont l’obligation de s’enregistrer. Dans certaines villes, comme Berlin, on a purement et simplement interdit Airbnb ! Il faut dire que la formule tend à perdre de sa vocation initiale. Basé sur une notion de partage, au départ,  Airbnb est devenu un vrai business pour certains. Ainsi des agences se sont carrément spécialisées dans la seule location de logements Airbnb.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK